« On garde les pieds sur terre »

— 

Comment expliquez-vous votre retour comme titulaire ces dernières semaines ?

Honnêtement, je ne sais pas ce qui a changé. Je me suis toujours entraîné de la même façon mais c'est peut-être la modification du système de jeu. On a commencé à prendre des points et à ce moment-là, le coach a décidé de garder la même équipe. Après quand tu enchaînes les matchs, tu te sens mieux, tu trouves les automatismes...

Vous débutez 2009 avec trois succès. Il y a eu une remise en question après la gifle au Vélodrome face à Nancy (3-0) ?

On voulait bien finir la première partie de saison et on est partis en vacances avec ce résultat en tête. On était très déçus. Mais on est revenus le 29 décembre en se disant qu'il fallait faire quelque chose de plus pour aller de l'avant. Cet état d'esprit est toujours là, même si on garde les pieds sur terre car il y a encore des choses à améliorer.

Lesquelles ?

En seconde période face au Havre, on a laissé plus d'espaces entre les lignes. Du coup, on a perdu un peu d'emprise sur le match. On a aussi concédé beaucoup de coups de pied arrêté. N'importe quelle équipe peut être dangereuse sur ces phases de jeu. Il faut être plus costauds dans ce domaine. ■ Recueilli par S. D.