Melbourne à l'heure d'Andy Murray?

Alexandre Pedro

— 

Andy Murray lors de son entraînement à Melbourne le 18 janvier 2009.
Andy Murray lors de son entraînement à Melbourne le 18 janvier 2009. — R.Boyce / REUTERS

A voir les photos prises dimanche sur les courts de Melbourne, Andy Murray a passé les fêtes enfermé dans une salle de musculation. Cet hiver, l’adolescent déplumé a pris du volume et affiche aujourd’hui des abdominaux taillés dans le granit et des biceps de camionneurs. Fort de cette nouvelle enveloppe charnelle, l’Ecossais de 21 ans n’a pas l’intention de se contenter de sa quatrième place actuelle.

C’est que, sous ses airs ronchons, Murray est un gros bosseur. Et le travail paye, puisqu'il a entamé sa saison par une victoire au tournoi de Doha, se payant au passage Roger Federer, gentiment énervé par cette troisième défaite consécutive dans leur tête à tête. Le Suisse lâche même sa neutralité légendaire, quand est évoquée l’hypothèse de voir Murray s’installer comme le nouveau numéro un mondial: «Qu’il commence à gagner un tournoi du Grand Chelem», persifle Federer. Loin de Wimbledon et de la pression accablante mise sur lui par les médias britanniques, Melbourne pourrait bien être le terrain de jeu idéal pour clouer le bec à Roger Federer.

Effacer 2008

Régulièrement cité comme l’homme à battre du tournoi, l’enfant de Dunblane assume son nouveau statut: «Cela ne me pose aucun problème d’être cité comme favori. Federer et Nadal ont plus d’expérience dans les grands tournois mais je pense que ce sera un peu plus disputé cette fois». Battu par Federer en finale de l’US Open, Andy Murray dit avoir retenu les leçons de cette défaite survenue au lendemain d’une victoire homérique sur Rafael Nadal. Le tennis britannique, qui attend un vainqueur en Grand-Chelem depuis 73 ans, l’espère.

En attendant de peut-être retrouver Roger Federer ou Novak Djokovic en finale, Andy Murray se frotte au Roumain Andrei Pavel pour son premier tour. En 2008, l’Ecossais avait chuté d’entrée à Melbourne. Son bourreau était un certain Jo-Wilfried Tsonga.