Les Françaises au top, Chardy attend Djokovic

TENNIS Tout ce qu'il faut retenir de la première journée de l'Open d'Australie...

A.P. et A.P.

— 

La Française Alizé Cornet, lors de son premier tour à l'Open d'Australie, le 19 janvier 2008.
La Française Alizé Cornet, lors de son premier tour à l'Open d'Australie, le 19 janvier 2008. — D.Whiteside/REUTERS
Chez les femmes

Les Françaises au top


Le tennis féminin français reprend ses bonnes habitudes. Mis à part Rezaï, éliminée d’entrée face à Makarova, Cornet, Bartoli, Dechy, Cohen Aloro sont toutes assurées de disputer le deuxième tour. Dans la matinée, c’est la numéro Koryttseva (6-3 ; 6-4). Pas d’accroc non plus pour Marion Bartoli victorieuse encore plus facilement, 6-2, 6-4 de la Britannique South (102e à la WTA). Mais la numéro 2 française a dû subir un deuxième set «horrible» en raison d’une douleur au mollet pour réussir son entrée dans un tournoi où elle n’a encore jamais dépassé le deuxième tour en sept participations.

Quelle tenue pour Alizé?

C’était l’une des questions majeures de cette première journée. Mise en garde une ancienne gloire du tennis australien, Margaret Court, pour ses tenues jugées trop sexy, la Française n’a pas changé ses habitudes, arborant son habituelle jupette orange et son petit débardeur blanc. Elle a certifié que «ses jupes ne sont pas plus courtes et ses hauts ne sont pas plus transparents que ceux des autres.» Avant de poursuivre: «C’est de la grosse blague, les organisateurs de tournois sont très contents de la façon dont je m’habille. Cela m’a fait rire. Je suis une fille complètement normale, je n’ai pas grand-chose à mettre en valeur et ne possède pas forcément la poitrine la plus opulente du circuit».

Les favorites au rendez-vous

Ceux qui s’attendaient à des surprises sur les courts de Melbourne doivent être déçus. Dans le tableau féminin, les meilleures joueuses ont toutes tenu leur rang. A commencer par les deux Serbes, Jelena Jankovic et Ana Ivanovic. Alors que la numéro 1 mondiale a balayé l’Autrichienne Meusberger (6-1, 6-3), la petite amie de Fernando Verdasco s’est fait peur face à Goerges, modeste 107e joueuse mondiale (7-5, 6-3). «J'ai mis du temps à trouver mon rythme mais je suis satisfaite d’avoir gardé le contrôle des points importants. J’ai juste besoin de quelques matchs de plus sur des grands courts.» Comme son frère Marat, Dinara Safina, tête de série N.3, s'est qualifiée en battant sa compatriote Alla Kudryavtseva en deux sets 6-3, 6-4. Au final, la Hongroise Agnes Szavay est la seule tête de série à avoir quitté le tournoi. Szavay pas bien ou quoi?

Chez les hommes


Santoro n’a pas d’âge, PHM s'économise

La retraite, Fabrice Santoro ne connaît pas. Pour sa 17e participation au tournoi, le doyen du circuit (36 ans) s’est offert l’Espagnol Carlos Ferrero en quatre sets (6-3, 6-2, 6-7[5], 6-2). Au prochain tour, «Fabulous Fab» hérite de l’Allemand qui monte, Philipp Kohlschreiber (tête de série numéro 32). De son côté, Paul-Henri Mathieu n’a pas trop traîné sous le cagnard de Melbourne. Le Mulhousien a bénéficié de l’abandon du Finlandais Jarkko Nieminen dans le deuxième set. Mathieu menait 6-2, 4-1. Prochain adversaire pour PHM, l’Américain Amer Delic, 127e à l’ATP.

Pas de miracle pour Marc Gicquel


Touché David Nalbandian au premier tour, c’est ce qui s’appelle un méchant tirage. Sans surprise, Marc Gicquel s’est incliné en quatre sets (6-1, 4-6, 6-2, 6-3) contre un Argentin plus affûté qu’à son habitude en ce début de saison. Les autres battus du jour côté français sont Julien Benneteau et Michaël Llodra battus respectivement par Marcos Baghdatis et Xavier Malisse.

Novak Djokovic est un chic type


D’accord, le tenant du titre n’a laissé aucun espoir à l’Italien Andrea Stoppini (6-2, 6-3, 7-5), mais il a eu l’élégance d’échanger son maillot à sa victime du jour. Au prochain tour, c’est le Palois Jérémy Chardy (tombeur du Brésilien Marcos Daniel en trois sets) qui attend le Serbe.

Safin la joue carpe diem

Marat Safin a gagné, c’est malheureusement devenu un événement en soi. Vainqueur de l’Espagnol Navarro Pastor, le Russe veut désormais se faire plaisir sur un court. «Plus de stress, plus de drame, je ne veux plus souffrir, seulement essayer d’être en forme et m’amuser. C’est tellement plus sympa. Et advienne que pourra», a lancé Safin en conférence de presse.