Le PSG s'évite une crise sportive

FOOT Malgré un contexte compliqué en interne, les Parisiens s'imposent 2-1 au Parc des Princes contre Sochaux...

Alexandre Pedro

— 

Les attaquants du PSG, Peguy Luyindula (à gauche) et Mateja Kezman (à droite) fêtant une victoire face à Nancy, le 12 novembre 2008.
Les attaquants du PSG, Peguy Luyindula (à gauche) et Mateja Kezman (à droite) fêtant une victoire face à Nancy, le 12 novembre 2008. — A.Reau/SIPA

C’est bien connu,  après une défaite - surtout de l’ampleur de celle concédée à Bordeaux -  un début de crise peut toujours menacer au PSG, surtout quand une nuit des longs couteaux se préparent en coulisse entre un président et ses actionnaires. La rechute, les Parisiens l’ont au moins évité sur le terrain en venant à bout de Sochaux (2-1). Le contexte, Paul Le Guen préfère le botter en touche. «Non, je n’attends pas de coup fil particulier ce soir, d’ailleurs le portable passe mal chez moi».

 A juste titre, l’entraîneur parisien préfère saluer «la qualité de jeu affichée» par ses hommes en première mi-temps.  Dès la 15e minute, Péguy Luyindula file seul au but, crochète Jérémy Gavanon, réduit à user de ses mains en dehors de sa surface. Pourtant, Eric Poulat n’expulse pas le gardien sochalien qui s’apprêtait à retirer ses gants.

Luyindula héros malheureux puis heureux

Monsieur Poulat n’y est pour rien en revanche quand ce même Luyindula rate l’ouverture du score, seul au monde  à deux mètres des buts. Cinq minutes plus tard, Guillaume Hoarau y va aussi de son raté. Le mauvais oeil se décide à lâcher les Parisiens avant la pause. Jérôme Rothen obtient un pénalty discutable qu’Hoarau ne manque pas de transformer.

Sochaux est peut-être un reléguable, mais un reléguable qui se soigne. Et l’ordonnance du mercato amène ses bienfaits, puisque c’est la recrue tchèque Vaclav Sverkos va égaliser suite à un contre dès la reprise. Décomplexés, les Sochaliens se mettent à réciter leur football. Paris plie un instant, avant que la chance ne tourne pour Luyindula, plus prompt à  prolonger une tête de Sylvain Armand sur corner (62e). Sochaux ne s’en relèvera pas. Avec ces trois points, le PSG évite de laisser partir le wagon de tête. Les actionnaires apprécieront.