Dakar cherche belles dunes et plus si affinités

RALLYE RAID Après la fête à Buenos Aires, le Dakar va devoir réfléchir à sa prochaine destination...

Matthieu Goar, en Argentine

— 

Le pilote Sud-Africain, Giniel de Villiers, vainqueur du Dakar 2009 le 17 janvier, à Carcarana, en Argentine.
Le pilote Sud-Africain, Giniel de Villiers, vainqueur du Dakar 2009 le 17 janvier, à Carcarana, en Argentine. — S.Granata/REUTERS

Et maintenant? Après avoir fait rebondir leur rallye en Amérique du Sud, les organisateurs du Dakar vont très vite devoir fixer le tracé de l’édition 2010 et choisir les pays hôtes capables de l’accueillir. «Nous allons dans un premier temps débriefer l’édition de cette année et l’analyser globalement avec les administrations chiliennes et argentines», a déclaré Etienne Lavigne, le directeur de l’épreuve, lors de la conférence de presse de fin de rallye. La décision devrait intervenir au courant du mois de février. La situation géopolitique ne s’étant pas améliorée en Mauritanie, un retour en Afrique de l’Ouest est exclu. Mais trois pistes sont envisagées: dakar2009

Tous les articles Dakar sont ici

Dakar2009
Un retour en Amérique du Sud

«C’est très excitant d’imaginer revenir. Il y a de la place ici, on pourrait en tracer 30 des Dakar», s’est enthousiasmé Etienne Lavigne dimanche. Des plaines de la Pampa en passant par les sublimes dunes du désert, l’Argentine et le Chili ont offert un magnifique terrain de jeu et un accueil passionné au Dakar. Mais ce plan de sauvetage organisé en quelques mois aurait coûté plusieurs millions d’euros à ASO (certaines sources parlent de 5 à 10 millions d’euros). Une deuxième coûterait sans doute moins cher. Elle offrirait surtout aux organisateurs l’occasion de profiter de l’expérience emmagasinée sur le terrain. Une chose est sûre les autorités des deux pays rêvent d’un retour du Dakar. «Il y a eu des milliers d'articles dans la presse mondiale et il s'est agi, historiquement, de la meilleure campagne de promotion du tourisme pour l'Argentine», s'est félicité le secrétaire d'Etat argentin au Tourisme, Enrique Meyer.

L’Afrique australe


C’est l’un des rêves des organisateurs. A l’automne, des équipes d’ASO ont organisé pendant 3 semaines des reconnaissances en Angola, en Afrique du Sud, en Namibie et au Botswana. L’Afrique australe avec le désert du Kalahari et les grandes dunes namibiennes est suffisamment sauvage pour accueillir le Dakar et cette solution permettrait un retour en Afrique dans des pays actuellement moins soumis aux soubresauts que ceux d’Afrique de l’ouest. Ces régions ont déjà été arpentées par les pilotes du Dakar en 1992 lors de l’édition disputée entre Paris et Le Cap. Mais pour 2010, le timing semble trop juste. «En Afrique australe, nous sommes sur du long terme car cela se prépare à l'avance», a glissé Roger Kalmanovitz, chargé des relations extérieures en Afrique et de la sécurité du rallye.

Un Dakar en Afrique du Nord

Et si le Dakar se rapprochait de la France pour retourner dans l’est du Maghreb? Avec un retour en Argentine et au Chili, c’est la piste la plus sérieuse envisagée pour 2010. «On est plutôt dans ces dossiers-là. Il est effectivement imaginable que le Dakar-2010 se tourne vers des pays qui ont déjà accueilli (l'épreuve) comme la Libye et la Tunisie. Mais on n'est pas encore dans le concret», a révélé Roger Kalmanovitz . Cela rappellerait des souvenirs à certains pilotes. Les dunes du désert libyen avaient été traversées par le Dakar 2003 qui reliait Marseille à Sharm El Sheikh en Egypte.