Les Français attendus au tournant

TENNIS L'Open d'Australie débute dans la nuit de dimanche à lundi à Melbourne...

R.S.

— 

Le tennisman français Gilles Simon, lors de d'un match contre Richard Gasquet à Sydney, le 14 janvier 2009.
Le tennisman français Gilles Simon, lors de d'un match contre Richard Gasquet à Sydney, le 14 janvier 2009. — D.Munoz/REUTERS

Les regards se sont rarement autant tournés vers eux. Par leur densité dans le tableau masculin (15 représentants) et les espoirs nés de la saison passée, les joueurs Français débarquent à Melbourne en challengers potentiels. De là à dépoussiérer un palmarès national, vierge de tout trophée majeur depuis un quart de siècle, la différence est ténue. A défaut de favori, les Tricolores possèdent encore quelques espoirs dans un tournoi qui leur réussit bien depuis une décennie, avec les finales d’Arnaud Clément en 2001 et Jo-Wilfried Tsonga la saison passée.

En Australie, personne n’a oublié l’éclosion de celui que l’on compare volontiers à Mohammed Ali. Malgré ses douleurs au dos et l’incertitude qui planait sur ses chances de retrouver la Rod Laver Arena, Tsonga a assuré dimanche qu’il serait sur le court, mardi, pour défier Juan Monaco au premier tour. Dans ces conditions, le numéro 1 français est attendu comme l'une des attractions du tournoi, mais surtout l’un des plus sérieux outsiders du quatuor royal Nadal, Federer, Murray, Djokovic.

L’ombre de Nadal

Comme lui, Gilles Simon, Gaël Monfils et Richard Gasquet entreront en lice dans la nuit de lundi à mardi (heure française). Face à l'Espagnol Andujar, l'Argentin Vassallo-Arguello et l'Argentin Junqueira, tous bénéficient d’un premier tour abordable à l’accent hispanophone. Mais pour les trois Français, tous placés dans la première moitié du tableau, les choses pourraient vite se corser en croisant la route du numéro 1 mondial, Rafael Nadal.

Richard Gasquet est potentiellement le premier concerné. Demi-finaliste à Brisbane et Sydney, il semble avoir retrouvé un niveau de jeu en phase avec ses ambitions. Gilles Simon tentera lui de remporter un premier match sur le circuit ATP en 2009 avant d’envisager un éventuel 8e de finale franco-français contre Gaël Monfils, le tombeur de Nadal à Doha.

«L’Open d’Australie est mon objectif»

L'étonnante ascension de Simon à la 7e place mondiale lui confère un nouveau statut. Et il n’a pas peur de l’assumer. «J'annonce mes objectifs. Je dis ce que je pense, je suis très conscient que je vais me faire fracasser si je perds mardi. Mais l'Open d'Australie est mon objectif alors je ne vais pas le nier», avance la révélation française de la saison passée, jamais touché par la langue de bois. «J'y crois car j'ai réussi à battre les meilleurs joueurs du monde l'année dernière. Maintenant il faudra le reproduire en Grand Chelem.» Pas forcément le plus évident.