Contre Lens, les ultras parisiens promettent une ambiance hostile

FOOT Certains supporters du PSG n'ont toujours pas digéré l'affaire de la banderole qui a amené à la dissolution des «Boulogne Boys»...

Alexandre Pedro

— 

Le Paris SG a été exclu de la Coupe de la Ligue 2008-2009 par la commission de discipline de la Ligue (LFP), mercredi, pour sa responsabilité et sa "complaisance" dans l'affaire de la banderole anti-Ch'tis déployée lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 29 mars, une première.
Le Paris SG a été exclu de la Coupe de la Ligue 2008-2009 par la commission de discipline de la Ligue (LFP), mercredi, pour sa responsabilité et sa "complaisance" dans l'affaire de la banderole anti-Ch'tis déployée lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 29 mars, une première. — AFP/I-télé/Archives

Si à Lens, la banderole est une affaire presque classée , la rancœur persiste chez les supporters parisiens interrogés avant ce quart de finale de Coupe de la Ligue par 20minutes.fr. «La Ligue n’aura pas sa gentille petite fête de réconciliation entre Parisiens et Lensois», prévient un habitué de la tribune Boulogne, qui préfère rester anonyme.

>>>PSG-Lens: un match à suivre en live-comme-à-la-maison dès 20h45

 

«Ca devrait être chaud au niveau ambiance, voire hostile», annonce un supporter indépendant de la tribune R à Boulogne. «Mais comme le Parc va être très surveillé, ça part pour rester de l’ordre du ''chambrage''. Certains groupes vont peut-être préparer des petits trucs marrants».

Les anciens «Boulogne Boys» n’ont pas oublié

Simple menace en l’air ou réelle envie de gâcher la réconciliation entres les deux clubs – le PSG a ainsi invité 22 jeunes lensois à pénétrer sur le terrain avec les joueurs – les ultras parisiens n’ont toujours pas digéré «le battage médiatique et politique autour cette affaire». Ils ne manquent jamais de rappeler la dissolution des «Boulogne Boys» décidée par la ministre de l’Intérieur suite à cette banderole. D’ailleurs, les virages devraient le faire savoir à l’intéressée. «Michèle Alliot-Marie et Frédéric Thiriez vont en prendre pour leur grade», annonce l’habitué de Boulogne.

Une animosité d’autant plus forte, que les anciens des «Boulogne Boys» ne se sont pas volatilisés du Parc des Princes. «Ils sont toujours là. Ils n’ont pas changé de place, ils sont devenus indépendants ou appartiennent désormais à un autre groupe», estime un membre des «Supras Auteuil», pour qui «ces anciens l’ont encore mauvaise, et à juste titre». Pour «Bienvenue chez les Parigots», il faudra peut-être repasser.