Duel de mal classés sur le Rocher

Julien Ropert

— 

Repartir du bon pied. Nantes (16e) se rend samedi à Monaco (13e) lors de la 20e journée de L1, pour un nouveau duel de bas de tableau. Les Monégasques ne devancent, en effet, Nantes que de trois points, et l'occasion est belle pour le FCN de recoller. « Au lieu de penser à rattraper ceux qui sont devant, je préférerais qu'on largue déjà ceux de derrière », corrige le gardien nantais Jérôme Alonzo.

La priorité reste avant tout le maintien, et les cinq points d'avance que compte aujourd'hui Nantes sur le premier relégable valenciennois ne suffisent pas à rassurer Frédéric Da Rocha : « Il faudra faire mieux que vingt points sur cette phase retour. Plus vite on atteindra les 42 points, mieux ce sera. Mais ça ne va pas se faire tout de suite. Le chemin sera long. » Car les progrès entrevus lors des deux derniers mois de compétition restent fragiles.

La première période catastrophique samedi dernier en Coupe de France en témoigne. « Ce qu'on a montré contre Caen en première mi-temps ne me convient pas du tout, confirme Elie Baup. Quand on n'a pas notre densité, notre équilibre, notre organisation, et que l'équipe ne fait pas les efforts ensemble... on a du mal. »

Et samedi, après une semaine de travail perturbée par le froid, Nantes devra faire face à une équipe monégasque particulièrement imprévisible. « Cette équipe de Monaco peut être très bonne mais elle peut vite devenir très moyenne, estime Jérôme Alonzo, toujours malicieux. Cette attitude me rappelle une formation qui joue en jaune et vert... » Une irrégularité dont Nantes serait bien inspiré de profiter. Même si l'ASM, qui retrouve plusieurs joueurs d'expérience, ne tombera sans doute pas dans les travers qui lui avaient coûté une victoire face à Bordeaux alors qu'elle menait 3-0 (défaite final 4-3). Mais les Canaris se contenteraient volontiers d'un scénario moins mouvementé. ■