Un motard français décède sur le Dakar

COURSE Il a été retrouvé dans la nuit, alors qu'il avait disparu depuis dimanche...

R.S, avec Matthieu Goar, en Argentine

— 

 Pascal Terry, avant le départ du Dakar 2009 à Buenos Aires.
 Pascal Terry, avant le départ du Dakar 2009 à Buenos Aires. — STR New / Reuters
Le motard français Pascal Terry, 49 ans, a été retrouvé mort sur le rallye Dakar. Les causes de son décès sont toujours inconnues.

>> Notre dossier sur le Dakar 2009

Le pilote avait disparu lors de l'étape de dimanche, mais n'a été retrouvé que dans la nuit de mardi à mercredi, à 2h10, alors que se terminait la 4e étape de la course entre Jacobacci et Neuquen (Argentine). Selon les organisateurs, «le pilote se trouvait dans un endroit très difficile d'accès au milieu d'une végétation très dense à une quinzaine de mètres de sa moto. Il avait retiré son casque, et s'était abrité à l'ombre, disposant de nourriture et d'eau retrouvées près de lui.»

Disparu lors de la 2e étape

Pascal Terry était recherché depuis dimanche et la 2e étape entre Santa Rosa et Puerto Madryn (Argentine).  A 17h13 (heure rallye/21h13 heure Paris) ce jour-là, sa balise de détresse avait été déclenchée, cinq heures après qu'il avait signalé une panne d'essence, résolue ensuite grâce à l'aide d'un autre concurrent. Constatant, grâce aux données GPS transmises par la balise, que le motard n'avait pas bougé depuis la panne d'essence, les organisateurs ont tenté en vain de le contacter à deux reprises par son système de liaison satellitaire.

Information erronée


Dans le même temps, le PC organisation a été informé à Paris, via le système de communication «sarsat», que Pascal Terry avait déclenché sa balise de détresse. Mais sur place, les organisateurs de la course ne sont prévenus que le lendemain, en début de matinée. Selon Etienne Lavigne, le directeur de course, ce retard est dû à «un problème de transmission de l'information entre Paris et l'Argentine».

«Je connaissais Pascal Terry et son équipe. Il est Normand comme moi. Je le fréquentais tout au long de l'année. La mort de Pascal remonterait à plusieurs jours. Il y a eu un problème dans la chaîne de communication (de l'organisation) entre le 4 et le 5 janvier. Il y a des choses qu'on ne s'explique pas. L'information de l'émission de la balise parvient à Paris le 4 janvier et nous, nous sommes prévenus le 5.»

Lundi matin, à 5h46, le véhicule chargé de la fermeture de la piste a tenté de retrouver le pilote, avant que les recherches ne se poursuivent le lendemain. Sans succès.

Lundi soir, la présence du pilote au bivouac de Neuquen est confirmée par l'organisation, à tort. Les recherches sont alors interrompues.

Retrouvé mort trois jours plus tard


Lorsque l'organisation réalise que Pascal Terry a été confondu avec un autre pilote, un véhicule de secours, avec un médecin à bord, est alors envoyé sur place. Le motard, qui effectuait son premier Dakar est alors retrouvé mort, à 2h10, le mercredi 7 janvier au matin.


Il s'agit du premier accident mortel de cette 30e édition du Dakar.
La police et la justice de la province de Las Pampas vont procéder aux investigations légales afin de déterminer les causes du décès, indiquent les organisateurs dans le communiqué.
Agé de 49 ans, le pilote Yamaha disputait son premier Dakar. Sur le site de l’épreuve, il confiait au départ qu’il rêvait d’y participer «depuis qu’elle existe». Pour ce pilote, natif de la Manche, participer à cette course, en Amérique du Sud, loin de tous les repères connus, l’a poussé à prendre son premier dossard, «et plonger dans un rêve». Depuis le départ, Pascal Terry roulait en binôme avec son ami Pascal Gilbert. Le pilote appartenait au team d’Antoine Morel.