« Pas là pour être un héros »

Recueilli par Matthieu Hervy

— 

Comment analysez-vous cette première partie de saison ?

C'était vraiment difficile pour moi, l'adaptation n'a pas été aussi facile que je le pensais. Il y a beaucoup plus d'espaces en Bundesliga. Ici, en Ligue 1, tout le monde pense à défendre, c'est très important de ne pas encaisser de buts. Je n'ai pas été habitué à ce type de jeu. D'un point de vue collectif, on repart sur des bases nouvelles. Nous sommes invaincus lors des quatre derniers matchs.

Pensez-vous qu'on attendait trop de vous ?

Je suis venu ici pour jouer au foot, pas pour être le héros. Tout le monde pensait qu'avec moi, le FCN marquerait beaucoup de buts. Mais ce n'est pas aussi simple. Comme je dis toujours, si l'équipe joue bien, je jouerai bien.

On a lu, dans le journal « Die Welt », des déclarations où vous critiquez le coach et vos partenaires...

J'ai seulement affirmé qu'avant Nantes, je n'avais jamais joué seul en pointe. C'est dur pour moi. Mais c'est tout ce que j'ai déclaré. Concernant les joueurs, je n'ai pas dit qu'ils n'étaient pas au niveau, mais juste que certains avaient joué en L2 et ne connaissaient pas la L1. Les journalistes ont changé mes propos.

Allez-vous rester à Nantes ?

J'ai un contrat ici. Je suis là pour jouer, pour m'amuser. Et pour partager l'expérience de mes sept dernières années à Brême. Je pense que beaucoup de joueurs peuvent apprendre de moi. Et moi, je peux aussi apprendre des choses. Comme bien défendre. ■