Le Racing bat en retraite à Ittenheim

Floréal Hernandez

— 

Le Racing délocalisé. Hier, les Strasbourgeois ont trouvé refuge sur la pelouse synthétique d'Ittenheim pour s'entraîner, les terrains de la Meinau étant gelés. Ce sera le cas aussi cet après-midi. Les jardiniers du RCS et des bénévoles de l'US Ittenheim ont devancé l'arrivée des joueurs pour déblayer la neige qui recouvrait le terrain. Bonnets, gants, collants étaient de sortie, et même nécessaires, pour la séance préparée par Jean-Marc Furlan. Un entraînement d'une grosse heure partagé entre travail physique et jeu avec ballon.

Malgré les - 4 degrés du début d'après-midi, certains se sont risqués à évoluer en short notamment Harlington Shereni. Le Zimbabwéen semble encaisser sans problème le choc thermique (40° C) entre Harare et Strasbourg. Le premier à pester contre le froid alsacien est un enfant du pays, Anthony Weber dont le prêt au Paris FC est acté (voir encadré). Rudy Carlier, peut-être le plus emmitouflé, semblait regretter la douceur de l'hiver galicien auquel il a goûté l'an dernier. « On joue les skieurs de fond », lâche Renaud Cohade, jamais avare d'une plaisanterie.

La trêve a permis aux joueurs de se ressourcer mais aussi à l'infirmerie de se vider. Seuls Steven Pelé et Quentin Othon la fréquentent encore. Ce dernier, blessé de longue durée après sa fracture du péroné et la luxation de sa cheville droite, a débuté sa rééducation. Le défenseur Steven Pelé est lui en phase de reprise après sa déchirure de la gaine du tendon du fléchisseur des orteils. « Il trottine, travaille doucement », explique François Pietra, le médecin du RCS.

Quant à l'attaquant brésilien, « il travaille très dur physiquement, il a une grosse préparation à faire », déclare François Pietra. Face à Metz, le 17 novembre, Marcos s'était donné une entorse du genou après un choc avec un adversaire. Il ne sera pas du déplacement à Reims, vendredi, et devrait aussi louper la confrontation face à Dijon, le 16 janvier. ■