Embouteillage sur le littoral pour les 16es

Antoine Maes

— 

Sur la côte, la chasse au stade est ouverte. Les 24 et 25 janvier prochains, Grande-Synthe (DH), Boulogne (L2), Dunkerque (CFA) et Lille (L1) disputeront les 16es de finale de la Coupe de France. Et toutes les rencontres auront lieu sur le littoral nordiste. Pas de soucis pour les Boulonnais, qui recevront Caen à la Libération. Grande-Synthe, de son côté, va tenter d'organiser la réception de Grenoble au stade de l'Epopée, à Calais, que le Petit Poucet régional vient d'éliminer au tour précédent.

« Ce n'est pas aussi monstrueux que Marseille, Paris, ou Lyon, mais c'est tout de même un club de l'élite », se félicite Pascal Langlois, l'entraîneur synthois. Mais rien n'est encore certain. Car Dunkerque pourrait aussi être tenté d'y organiser son derby contre le Losc. Le stade Tribut, qui a accueilli le 32e de finale entre Calais et... Grande-Synthe, est vétuste et ne peut accueillir plus de 2 500 personnes. A moins d'y installer quelques tribunes supplémentaires, sous peine de faire des milliers de déçus dans la cité du corsaire Jean-Bart. Pourtant, il semble exclu de délocaliser ce derby loin de la ville. « On n'ira pas jouer à Lille, c'est clair. Il va falloir voir avec les collectivités comment on peut proposer cette affiche magnifique chez nous », prévient Nicolas Huysman, l'entraîneur dunkerquois.