Guy Novès a le coeur aux piques

Nicolas Stival

— 

« Remotiver les joueurs pour chaque match, c'est très difficile. Mais c'est là que je suis très bon... » Guy Novès conclut sa boutade par un rire. Le manager général toulousain savoure la réussite de son équipe, symbolisée par quatorze succès d'affilée, dont dix en Top 14. Si le champion de France s'impose à Dax (9e), il battra le record établi la saison passée par Clermont. « La série va peut-être s'arrêter vendredi, assure Novès. Nous serons en danger. »

Difficile à croire, au vu de la démonstration contre Montpellier (8e) samedi (34-0). Impitoyable en conquête, le leader du Top 14 a inscrit cinq essais, sans encaisser un point. « J'adore la défense, lance le patron stadiste. Elle est dans les gènes du club. Et derrière une bonne défense, il y a toujours de bonnes attaques. » Novès en profite pour égratigner Montpellier. « Quand je jouais au Stade Toulousain [de 1975 à 1987], Béziers dominait le rugby français et je ne me serais jamais permis de dire que l'on allait là-bas pour gagner. Sinon, on repartait avec cinquante points... » Jusqu'à présent, la saison rouge et noire n'a connu aucun creux. « La phase de moins bien arrive, lorsque je vais perdre une dizaine de joueurs », annonce Novès. Une allusion au prochain Tournoi des Six Nations (7 février-21 mars), auquel participeront de nombreux Rouge et Noir....