Le Cam récupéré par Riou!

VOILE Toute l'actu du Vendée Globe...

20minutes.fr

— 

Mardi 6 janvier

Retrouvez le reste de l'actu Vendée Globe en cliquant ici

21h39: Le Cam va bien
«Jean Le Cam va bien», rassure Vincent Riou lors d'une vacation radio. «Il est content d'être là, même s'il vient de passer les 24 heures peut-être pas les plus durs, mais pas les plus agréables de sa vie de marin».

21h24: Riou a abîmé son bateau
Un outrigger de PRB a été brisé dans un choc contre la quille du monocoque de Le Cam. Cette pièce, qui permet de maintenir le mât sous tension, est très délicate à réparer, et la suite de la course semblait sérieusement hypothéquée pour Vincent Riou

20h27: Le Cam récupéré par Riou
Jean Le Cam est sauvé. Le skipper a été récupéré par Vincent Riou qui a réussi à le hisser à bord de son bateau PRB, vient d’annoncer la direction de course.
«Jean Le Cam a réussi à sortir seul de son bateau», a indiqué le directeur de course Denis Horeau. «Vincent Riou a fait quatre passages à bord de PRB pour récupérer Jean Le Cam.

Sachant Riou proche de lui, Le Cam est sorti seul et s'est mis à l'eau, par une température extérieure de 5°c, en combinaison de survie, selon le récit fait par le directeur de la course Denis Horeau mardi soir. «Vincent Riou a fait quatre passages à bord de PRB pour récupérer Jean Le Cam. Au quatrième passage, il a permis à Le Cam de monter à bord de PRB».



16h38: un remorqueur est parti
Un remorqueur de la marine chilienne est parti à 13h30 heure française de Puerto Williams et sera sur zone à 7h30 mercredi matin. Ce remorqueur est équipé d'un semi-rigide et de plongeurs qui pourraient être sollicités pour libérer Jean de son habitacle. Une solution de sécuritépuisque la trappe par laquelle Jean Le Cam pourrait sortir est immergée..

16h07: Jean Le Cam parle
Vincent Riou, arrivé le premier auprès du bateau de Jean Le Cam, a établi le contact par la voix avec le navigateur du Vendée Globe naufragé dans l'Océan pacifique

«Riou a crié, Le Cam lui a répondu», a expliqué Philippe de Villiers le président de la SEM (société organisatrice de la course). Selon Vincent Riou (PRB), la partie arrière du bateau, par laquelle devrait s'extraire Le Cam, est immergée, ce qui risque de compliquer la sortie du naufragé.

13h29 : Le Cléac'h reste confiant

Armel Le Cléac'h qui s’est dérouté pour porter secours à Jean Le Cam est optimiste sur les chances de secourir le marin en détresse. «Avec Vincent (Riou), on met le maximum de vitesse et d'énergie pour arriver au plus vite», vient de confier le skipper lors de sa dernière vacation. «On suit les instructions de la direction de course. On devrait être dans une situation relativement correcte avec le jour qui sera là ; la mer et le vent ne seront pas trop mauvais. On y arrivera ensemble, ce sera plus facile pour gérer la situation.»

13h00: A la voile si besoin
Armel Le Cléac'h et Vincent Riou devraient arriver en vue du bateau de Jean Le Cam vers 16h. Vincent, dont le moteur ne fonctionne plus depuis plusieurs jours, a communiqué à son équipe qu’il se préparait à manœuvrer à la voile si besoin.

12h42: Comment pourrait se passer le sauvetage

S'il doit être récupéré par un autre concurrent, Le Cam devra sortir de son bateau par la trappe arrière, spécialement conçue à cet effet, puis embarquer dans son propre canot de sauvetage et se laisser dériver en direction d'un autre voilier. «Selon les conditions de mer et l'orientation du bateau, la sortie par la trappe peut être difficile», a témoigné Alain Gautier, consultant sécurité sur la course. «Jean ne sortira que lorsqu'il sera sûr de pouvoir être récupéré très rapidement.»

 

12h29 : Le pétrolier ne peut pas sauver Le Cam

Mauvaise nouvelle pour Jean Le Cam. «Le cargo n'est pas en mesure de mettre un canot de sauvetage à l'eau, le commandant ne veut pas risquer la vie de ses hommes», a expliqué Alain Gautier lors d'une liaison téléphonique avec Armel Le Cleac'h, le skippeur de Brit'Air qui pense arriver vers 16h00 françaises en vue du bateau retourné, à environ 200 milles (380 km) des côtes chiliennes. «Il faudra que tu te prépares à peut-être récupérer Jean toi-même, donc votre présence est vraiment essentielle».

11h51: Une manoeuvre qui va prendre un certain temps
«On est dans une mer difficile, formée, il y a du vent, a expliqué Denis Horeau. L'équipage du pétrolier va étudier les différentes possibilités pour porter secours à Jean Le Cam. Il appartient au commandant du bateau d'estimer quelles sont les meilleures procédures».

«L'approche avec un pétrolier qui fait 200 mètres de long est extrêmement difficile», a-t-il estimé. «C'est une manoeuvre qui va durer un certain temps, qui ne se fait pas en deux minutes, il faudra que nous soyons patients.»

11h31: Ce serait bien Jean Le Cam qui aurait déclenché la deuxième balise

«Il est très probable que le 2e déclenchement est également manuel, a déclaré Denis Horeau, directeur de la course. Je pense que ce n'est pas un hasard. C'est une manoeuvre volontaire de la part de Jean pour signaler sa présence» au moment de l'arrivée d'un pétrolier, dérouté sur zone.

11h11: Deuxième balise de détresse
La deuxième balise de détresse du bateau de Jean Le Cam a été déclenchée au moment où le pétrolier (le Snalgol-Kassanje, battant pavillon bahaméen)
qui s'était dérouté arrivait en vue du bateau. Un bon signe, selon les orgnisateurs, qui estiment que cela signifie que Jean Le Cam serait conscient, à l'intérieur de son bateau et qu'il aurait lui même déclenché la balise. Par ailleurs, l'équipage du pétrolier a confirmé que le bateau de Jean Le Cam avait chaviré. Selon les organisateurs de la course, c'est maintenant au commandant de ce bateau de choisir la meilleure option pour secourir Jean Le Cam. Une manoeuvre qui pourrait prendre plusieurs heures.

07h37 Un cargo et un avion pour intervenir au plus tôt

Le MRCC (service international de sécurité en mer) a contacté un cargo situé à 65 milles de la position de VM Matériaux repérée par sa balise de détresse Sarsat-Cospas: il devrait être sur zone vers 11h30 (heure française). Un avion chilien de repérage aurait été missionné pour aller sur zone au lever du jour, soit vers 9h30 (heure française).

06h04: Le Cam en difficulté, les secours déclenchés


Le Cam a fait état de «gros problèmes» à bord de son bateau à 1h26 du matin avant que la communication ne soit brutalement coupée, ce qui pourrait indiquer qu'il était en train de chavirer, a indiqué la direction de course, qui a déclenché les procédures de secours.
Son bateau se trouvait alors à environ 200 milles dans l'ouest du cap Horn. Immédiatement, le service international de sécurité en mer (MRCC) a été prévenu et Vincent Riou (PRB) et Armel le Cléac'h (Brit Air) se sont déroutés vers la position de Le Cam. Ils devraient être sur zone vers 14h (heure française).