Un petit tour et puis s'en vont

Rémi Bostsarron

— 

L'année ne pouvait pas plus mal commencer. Samedi, lors de leur premier match de 2009, les Girondins se sont inclinés dès leur entrée en Coupe de France (0-1), face à Saint-Etienne, à Chaban-Delmas. « Cela a été un vrai match de Coupe, malheureusement notre aventure aura été courte, lâche Laurent Blanc, qui apprécie particulièrement cette compétition. Mais je suis satisfait du contenu, étant donné le contexte de préparation. » Avec seulement trois jours d'entraînement dans les jambes, contre cinq pour les Verts, et malgré l'absence des Sud-Américains (hormis Jussiê), les Marine et Blanc ont en effet livré une partie de grande qualité. Mais ils ont payé cher un souci de réalisme qu'ils semblaient pourtant avoir résolu en décembre.

« C'est vraiment rageant, on est très déçus, confie Benoît Trémoulinas, le meilleur Bordelais samedi. On s'est beaucoup dépensé, on a fourni beaucoup d'efforts, on s'est procuré six ou sept occasions, contre une demi pour Saint-Etienne, on va dire. » Amers, les Girondins ne pourront pas ruminer longtemps leur déception, car déjà se profile la réception du Paris-SG (4e), dimanche, en championnat. Comme le confirme Trémoulinas, « il faut vite oublier et se reconcentrer sur ce match très très important. »