« L'euphorie dans le patelin »

— 

Les 2 000 habitants du village de Schirrhein se sont réveillés, hier matin, avec un grand sourire et une petite mine. « La gueule de bois », avoue même sans détour Geo après avoir fait la fête avec les joueurs et les dirigeants au club-house puis au restaurant. Attablé à une table de la brasserie A l'agneau, il sirote de l'eau en refaisant le match avec d'autres supporters du FCESS. « C'est l'euphorie dans le patelin », lâche Joseph, un sexagénaire. Klaxons et tambours ont retenti tard dans la nuit de samedi à dimanche. Des écharpes du club trônent sur les pas-de-porte.

Son frère, Robert, poursuit : « Même le curé qui n'a aucune notion de foot, à parler du match à la fin de la messe. » De toute la France, leurs familles appellent pour prendre la mesure de l'exploit des gars d'Hervé Sturm face à Clermont. Pour eux, c'est une fierté que Schirrhein sorte de l'anonymat : « Il y a quelques années, sur les cartes Michelin, le village ne figurait même pas », rigole Joseph. Goe vise même une reconnaissance continentale : « On gagne encore cinq matchs et on jouera face à Arsenal en UEFA. »

F. H.