Pour Schirrhein, ce sera Toulouse ou to win

Floréal Hernandez

— 

Du suspense jusqu'au bout. Petit Poucet de la Coupe de France, Schirrhein a été la dernière boule choisie lors du tirage au sort des seizièmes de finale. Les amateurs bas-rhinois recevront Toulouse le 24 ou le 25 janvier. « On est très content de joueur une équipe de Ligue 1. C'est super », se réjouit Kevin Sortelle, le milieu schirrheinois. Ses partenaires sont unanimes, tous sont ravis d'affronter le club toulousain, actuel sixième de la L1. Six divisions séparent Schirrhein de Toulouse. « Contre Clermont, c'était notre Mont-Blanc. Là, ce sera notre Everest », analyse Pierre Dillinger, le président du FCESS.

Ce scénario à rallonge a angoissé les joueurs schirrheinois regroupés chez leur président pour suivre le tirage au sort. Calé sur le canapé présidentiel avec une bière à la main, Julien Lerché avoue « avoir été plus stressé que face à Clermont. Il y avait un seul tirage à éviter : aller jouer à Grande-Synthe [la dernière équipe de DH restant en lice] ». Les Schirrheinois espéraient tous tomber sur Lyon, Marseille ou Paris. Leurs espoirs ont été vite douchés pour les deux Olympiques, les deux premières boules tirées. « Ça a un peu plombé l'ambiance de les voir sortir tout de suite, concède Maxime Balieux. Ça nous a même mis une petite claque derrière la tête. Mais on a pris une Ligue 1, c'est magnifique. »

Présent sur le plateau d'Eurosport pour le tirage, Pierre Dillinger a précisé que la rencontre face à Toulouse se jouerait très probablement à Haguenau. Un plus pour les Schirrheinois après la démonstration des 5 000 supporters présents au Parc des Sports, samedi. « Avec ce public complètement fou, on avait l'impression d'être vingt-cinq sur le terrain », rigole Sylvain Kettering, le portier du FCESS. Le 24 ou le 25 janvier, le village de Schirrhein risque encore d'être vide. « Samedi, ils étaient tous là. On a senti que toute l'Alsace était derrière nous. Au prochain tour, ce sera pire que ça ! », prédit Franck Rischmann, le capitaine du club bas-rhinois.Les Schirrheinois vont couper pendant une semaine pour se remettre de leurs émotions et de leurs agappes. Ensuite, ils auront quinze jours pour préparer un nouvel exploit.