Glacières et parasol, l'Argentine en vacances déguste le Dakar

REPORTAGE Le Dakar à Puerto Madryn, le pays des baleines, terme de la deuxième étape du rallye...

— 

Les baleines, principale attraction de Puerto Madryn, ville étape du Dakar 2009. 
Les baleines, principale attraction de Puerto Madryn, ville étape du Dakar 2009.  — REUTERS/Marcos Brindicci

Les baleines, principale attraction touristique de Puerto Madryn, ont eu beau avoir émigré depuis quelques semaines, la station balnéaire argentine fait le plein en ce premier week-end de 2009. Comme tous les étés, la petite ville de Patagonie attire les Argentins qui flânent le long de la plage. Vu le nombre de casquettes et de tee shirts à l'effigie de marques de voitures, ils ne sont visiblement pas venus que pour ça. dakar2009

Tous les articles Dakar sont ici

'
Dans la ville-bivouac la plus sud de cette édition, le Dakar et ses participants créent l'événement. «Nous sommes complets, indique l'hôtel Villa Piren. Même si nous sommes en été, c'est plutôt inhabituel sur ce week-end de l'année.» L'hôtel Cochera, plus modeste, est pour sa part «quasi complet».

Un tourisme local


En début d'après-midi, les premiers motards longent la plage pour rejoindre le bivouac du Dakar installé au coeur d'une base militaire. Sur la promenade, à l'ombre des arbustes ou des parasols, assis dans l'herbe, ou sur des chaises de camping, les Argentins patientent. «Avec le Dakar, en plus des touristes habituels, beaucoup d'Argentins des villes environnantes sont venus à Puerto Madryn, témoigne Alfonsa qui gère avec son mari un magasin de souvenirs. Mes cousins sont par exemple venus pour l'occasion.» Non loin de l'arrivée, des dizaines de caravanes et de pick up se sont garés sur les dunes et leurs propriétaires sont visiblement là pour la course. 

Une manne pour l'Argentine?


«Les gens sont très heureux que le rallye vienne ici. C'est un événement médiatique pour l'Argentine et surtout ça fait marcher l'économie. C'est l'essentiel», poursuit Alfonsa qui tient avec son mari un magasin de souvenirs où elle vend des tee-shirts à l'effigie du Dakar. Une impression confirmée sur le bivouac où tous les produits qui nourrissent quotidiennement 2.200 personnes sont achetés  en Argentine. Lors des Dakar africains, l'organisation apportait avec elle une grande partie de la nourriture.

«Il y a eu très peu de voix à se prononcer contre le Dakar, confirme Angelina, professeur de français à Santa Fé et qui vient passer tous ses étés ses vacances à Puerto Madryn. Quelques-uns ont évoqué l'écologie, une question à laquelle sont plus sensibles les habitants du Sud car il y a beaucoup d'animaux et ils ont créé un tourisme grâce à cela.» Dans les vitrines des magasins de Puerto Madryn, le mammifère semble, il est vrai, un produit vendeur. «Ici comme dans l'ensemble de l'Argentine, tout le monde est vraiment content du rallye.» En attendant les baleines...