OL-Bayern Munich : « Personne ne s’imaginait les voir à ce niveau », l'histoire derrière la photo de Marcelo et Lewandowski en Pologne

FOOTBALL Le défenseur lyonnais et l’attaquant bavarois, qui s’affronteront mercredi en demi-finale de Ligue des champions, ont ferraillé ensemble dans le championnat polonais au début de leur carrière

Julien Laloye
— 
Marcelo et Lewandowski ont commencé au même moment en Pologne.
Marcelo et Lewandowski ont commencé au même moment en Pologne. — Artur Kraszewski/APPA
  • Une photo d'un duel entre Marcelo et Lewandowski a ressurgi sur Twitter.
  • Les deux joueurs ont commencé leur carrière dans le championnat polonais, où ils se sont affrontés à cinq reprises.
  • Le défenseur lyonnais jouit toujours d'une très bonne réputation à Cracovie, où sa personnalité a séduit les supporters.

Un moment de grâce comme peut nous en offrir Twitter de temps à autre. C’était samedi soir quelques minutes après la qualif’ improbable de Lyon face à Manchester City : une photo postée par un internaute polonais exhumée du championnat polonais, version 2008-2009. Casaque rouge, le défenseur lyonnais Marcelo, quand il défendait les couleurs du Wisla Cracovie, casaque bleu Robert Lewandowski, attaquant du Lech Poznan, le club rival. Les deux ont l’air de se dire des mots doux dans la langue de Lech Walesa, et cela nous a donné envie d’en savoir plus, évidemment.

Cinq matchs en deux ans, avantage Lewandowski

Ça tombe bien le type qui a posté la photo s’avère être une mine d’or. Il nous donne le nom du photographe, un certain Kraszewski, et connaît l’histoire du cliché mieux qu’un guide de musée antique. « La photo n’est pas spécialement célèbre en Pologne, mais tout le monde l’a ressortie pour parler du match entre le Bayern et l’OL depuis samedi. Il existait une grande rivalité entre les deux joueurs, parce qu’ils jouaient dans les deux meilleures équipes du pays. Cracovie a gagné le titre la première année où Marcelo était là, et la fois d’après, c’est Poznan qui l’a emporté ». Quoi d’autre ? Nos deux zigotos se sont frottés au marquage cinq fois en deux ans, et on ne peut pas dire que les chiffres sont très encourageants pour les Lyonnais. Quatre victoires de Poznan en cinq matchs, avec un but de « Lewa » à chaque fois.

Il va sans dire que si la toute la Pologne a ressorti cette photo des archives, c’est que ça lui fait tout drôle de voir les deux en demi-finale de Ligue des champions dix ans après, si on se replace dans le contexte de l’époque. « Marcelo était considéré comme un défenseur talentueux pour le championnat polonais, mais personne n’imaginait le voir à ce niveau un jour. Et Lewandowski, pendant sa première saison à Dortmund, tout le monde le considérait comme un flop en disant qu’il ne réussirait jamais en Allemagne ». Tomasz Cwiakala, confrère à Canal + Pologne, est resté proche du défenseur brésilien depuis son passage à Cracovie. « J’étais le seul à parler portugais, pour lui c’était inespéré, on avait vite sympathisé ». Il détaille pour nous le duel avec Lewandowski :

Marcelo, il avait un profil très rare. D’habitude, les joueurs de Santos ne se retrouvent pas en Pologne. Lui se comparait à Lucio [ancien grand défenseur brésilien des années 2000], il voulait jouer comme lui, porter le ballon sur plusieurs mètres et marquer des buts. D’ailleurs il marquait beaucoup, l’entraîneur préparait des combinaisons sur coup de pied arrêté rien que pour lui. Quand ils s’affrontent avec Lewandowski, c’est presque le face-à-face entre les deux meilleurs joueurs du championnat. A l’époque, on considérait qu’ils avaient le même niveau, d’autant qu’ils étaient du même âge ».

Marcelo toujours adulé au Wisla Cracovie

Si les deux trajectoires ont un peu dévié quand les deux joueurs sont partis en Bundesliga, à l’été 2010, celui qui a laissé le meilleur souvenir n’est pas forcément celui qu’on croit. Si la star du Bayern Munich est devenue moins accessible, Marcelo continue d’être très apprécié plusieurs années après son passage au Wisla Cracovie. « Vous ne croiserez pas une seule personne ici qui n’ait pas que du bien à dire de Marcelo. Il est arrivé ici il ne parlait pas un mot d’anglais, et pourtant il s’est intégré très rapidement. Mais ce n’est pas surprenant quand on voit à quel point c’est une personne ouverte d’esprit. Regardez tout le chemin qu’il a accompli depuis son enfance ».

Une longue interview du bonhomme dans l’Equipe la semaine dernière nous avait déjà ouvert les yeux sur un garçon qu’on connaît finalement assez mal. Ses lectures de livre d’économie pour préparer la vie d’après, sa farouche volonté d’offrir des études poussées à ses sœurs en dehors du foot, quand la plupart des joueurs brésiliens se contentent d’arroser leur entourage à tout va.

Un texte touchant dans The Players Tribune

Mais le long texte qu’il vient de publier sur The Players Tribune est encore plus profond. Il y raconte comment il a été pris par l’émotion en montrant les photos de son petit logement d’enfance à Kenny Tete dans le bus en route pour le stade de la Juventus, une seule chambre qui prenait l’eau à la moindre averse à Sao Vicente . Il s’arrête longuement, ensuite, sur sa relation difficile avec les supporters lyonnais, après incident au retour de Lisbonne qui a failli lui faire quitter le club l’hiver dernier.

J’ai fini par regretter ce qui s’était passé ce jour-là, je me suis laissé emporter. Alors, après la victoire à Bordeaux à la rentrée, je suis allé voir les fans et je me suis expliqué avec eux. Je me suis excusé et j’ai expliqué que je n’étais pas le meilleur défenseur central de la planète, mais que je donnais ma vie pour ce club chaque semaine. Ça a vraiment enlevé un poids de mes épaules »

« Ça a été un moment difficile pour lui, peut-être le seul point noir de sa carrière », souligne Tomasz Cwiakala, très surpris par les difficultés traversées par son ami en France. En Pologne, les supporters du Wisla Cracovie lui demandent souvent de revenir sur les réseaux sociaux, et ils lui sont éternellement reconnaissants d’être revenu jouer un match de charité en 2015 pendant ses vacances, afin d’aider le club, étranglé financièrement, à sauver sa peau. « Ce geste a signifié beaucoup pour les fans. Comme le fait de participer à un mouvement lancé par les supporters pour se transformer en socios et collecter de l’argent. Tout ça il l’a fait de bon cœur, je n’avais même pas besoin de lui parler de ce qu’il se passait, il savait tout ».

« Ils se respectent beaucoup »

Cette relation fusionnelle avec Cracovie peut-elle pousser Marcelo à finir ses vieux jours de footballeur là où tout a commencé en Europe ? Peu probable, tant le Brésilien passe désormais la plupart de son temps libre aux Etats-Unis, où il a acheté une maison pour son après-carrière. Mais comme il s’en persuade en long, en large, et en travers dans The Players Tribune, le Brésilien n’entend pas traverser l’Atlantique les mains vides. Il se verrait bien avec une petite réplique de la Ligue des champions sous le bras partout où il va.

A condition d’enfin sortir vainqueur d’un duel avec Lewandowski, dans un premier temps ? « On en a souvent parlé ensemble, je sais qu’il y a un très grand respect entre les deux, confie Tomasz. Ils se connaissent très bien et ce sera encore un très gros duel ». Qui donnera une autre jolie photo à ranger dans la boîte à souvenir.