Après les lacrymos, des larmes de joie pour le PSG

FOOT Dans une soirée également marquée par des violences, le club parisien se qualifie au bout d'un match gagné 4-0...

M.Go.

— 

Les attaquants du PSG, Peguy Luyindula (à gauche) et Mateja Kezman (à droite) fêtant une victoire face à Nancy, le 12 novembre 2008.
Les attaquants du PSG, Peguy Luyindula (à gauche) et Mateja Kezman (à droite) fêtant une victoire face à Nancy, le 12 novembre 2008. — A.Reau/SIPA

Il n' y a donc pas eu que des larmes à la suite des lacrymos, jeudi soir au Parc des Princes. Mais aussi quelques-unes de bonheur. Au bout d'un duel haletant à distance avec le Racing Santander (victorieux 3-1 face à Manchester City, mais éliminé à la différence de buts), le PSG a gagné 4-0 face aux Néerlandais du FC Twente et s'est qualifié pour les 16e de la Coupe de l'UEFA.

Une minute qui change tout

Les cadres au repos (Rothen, Makelele, Hoarau et Giuly sur le banc), le PSG a parfaitement lancé son match sur un but opportuniste de Luyindula après un cafouillage de la défense néerlandaise dès la neuvième minute avant de faire le break grâce à Sessegnon (28e) encore une fois auteur d'un très bon match jeudi soir. C'était avant que le Parc ne prenne feu sur deux buts en 1 minute de Kezman servi par Ceara puis à nouveau de Luyindula à moins de dix minutes de la fin.

Avec cette large victoire, le PSG se qualifie et élimine Santander. Au coup de sifflet final, les supporters, tout à leur joie, avaient sans doute déjà oublié les 2 tristes matchs nul à Manchester City (0-0) et au Parc face à Santander (2-2) qui avaient compromis la qualification de leur équipe. En 2006-2007, lors de leur dernière participation à une phase de poule de l'UEFA, le PSG s'était également extirpé de son groupe avant de chuter face au Benfica Lisbonne. A l'époque, les Parisiens n'avaient vraiment pas la tête à l'UEFA, mais se débattaient dans les profondeurs du classement de leur championnat. Cette année, le PSG, encore en vie en UEFA, est également 4e de la Ligue1 à 3 points du leader lyonnais. Le Père Noël aurait-il décidé d'être généreux cette année?