Cap sur les Kerguelen

VOILE Trois skippers font escale ou se dirigent vers l'archipel de l'Océan Indien...

R.S.

— 

Sur la carte virtuelle du Vendée Globe, leur route coupe perpendiculairement celle des autres concurrents. Très loin des leaders, Jean-Pierre Dick, Mike Golding et Roland Jourdain en tête, les deux Suisses engagés sur la course, Dominique Wavre et Bernartd Stamm, n’ont jamais été aussi proches l'un de l'autre depuis le départ des Sables d’Olonnes. Amarrés dans l’archipel des Kerguelen, les deux skippers victimes d’avaries ont été contraints de laisser filer le peloton en fin de semaine pour réparer leur bateau.

«Ils font escale aux Kerguelen parce que c’est la terre la plus proche de leur route, note Denis Horeau, le directeur de la course. Là-bas, ils sont dans un abri naturel car à l’intérieur de l’archipel se trouve un golf, ouvert à l’Est et protégé des forts vents d’Ouest. L’un peut réparer son safran et l’autre sa quille.»VENDEEGLOBE

Rejoindre l’Australie

Sur place, les skippers ont trouvé toute la logistique nécessaire pour remettre leur embarcation à flot , car l’archipel héberge une base scientifique. Evidemment, les deux concurrents sont déclarés hors course, même si la direction du Vendée Globe attendait toujours l’officialisation de l’abandon de Bernard Stamm, dimanche soir. Tout contact humain extérieur impliquant la disqualification.

Beaucoup plus loin, un troisième skipper envisage de rallier le territoire d’Outre mer. Dans quelques jours, Raphael Dinelli compte y réparer sa drisse de grand voile, toujours déficiente. Mais pour lui, pas question d’abandon. Malgré une position très reculée et un abcès au genou, le skipper de Fondation Océan Vital n’y effectuera qu’une escale.

«Pour les deux autres, l’objectif sera ensuite de rejoindre la côte australienne», poursuit Horeau, toujours soucieux du sort des concurrents de ce tour du monde. Mais aussi des naufragés.