Un point à Amiens, mieux que trois tu l'auras

Floréal Hernandez - ©2008 20 minutes

— 

Le Racing reste troisième. Les Strasbourgeois avaient l'occasion de ravir la deuxième place de la Ligue 2 aux surprenants Boulonnais, hier à Amiens, lors de la 17e journée, à condition de l'emporter. Ce que les joueurs de Jean-Marc Furlan n'ont pas su faire, concédant le nul sur la pelouse du stade de la Licorne (1-1). La seconde marche du podium se jouera donc à la Meinau, le lundi 22 décembre, lors du face-à-face entre Alsaciens et Nordistes.

Ce nul rapporté d'Amiens rappelle celui obtenu à Ajaccio (1-1). Comme en Corse, les Ciel et Blanc ont rapidement ouvert le score, grâce à Renaud Cohade, qui marque son premier but cette saison. Le milieu a transformé un penalty obtenu par James Fanchone après un tirage de maillot de l'ancien Mulhousien Benoît Haaby (0-1 ; 9e). Mais dans la minute suivante, Roy Contout affole le côté droit de la défense alsacienne et son centre, dévié par le crâne fraîchement rasé du malheureux Anthony Weber, prend à revers Stéphane Cassard (1-1).

La suite du match ne sera pas à l'avantage des Strasbourgeois, qui tanguent sous les offensives amiénoises.

L'arbitre aurait même pu siffler un penalty après une faute d'Anthony Weber sur Thibault Giresse (28e). Mais les coéquipiers de Grégory Paisley auraient aussi pu faire la différence par Pierre Ducrocq, James Fanchone, Rudy Carlier... Bref, ce nul laisse quelques regrets. Comme souvent ces derniers temps. Surtout, le Racing n'a pris que quatre points lors des six derniers matchs disputés hors d'Alsace (sept sur les huit dernières rencontres). Le dernier succès date du 22 août à Brest (1-0), lors de la 4e journée.

Les Strasbourgeois n'auront pas le temps de tergiverser cette semaine. Dès vendredi soir, ils reçoivent Sedan pour le compte du huitième tour de la Coupe de France. L'appel du Racing, qui souhaite décaler la rencontre à samedi, a peu de chance d'aboutir. Jean-Luc Herzog, le directeur général du club, se dit même « pessimiste ». La réponse tombe aujourd'hui.