Le foot espagnol touché par une nouvelle affaire de corruption

FOOT L'Athletic Bilbao aurait payé des joueurs de Levante...

A.P.avec Agence

— 

Les joueurs de l'équipe de 1re division du club espagnol de football de Levante, en difficultés financières, ont annoncé jeudi une grève les 26 et 27 avril, un week-end où ils sont supposés jouer un match de championnat, pour réclamer le paiement de leurs salaires. Un des capitaines de l'équipe, Luis Manuel Rubiales, a annoncé, lors d'une conférence de presse, la grève adoptée à l'unanimité.
Les joueurs de l'équipe de 1re division du club espagnol de football de Levante, en difficultés financières, ont annoncé jeudi une grève les 26 et 27 avril, un week-end où ils sont supposés jouer un match de championnat, pour réclamer le paiement de leurs salaires. Un des capitaines de l'équipe, Luis Manuel Rubiales, a annoncé, lors d'une conférence de presse, la grève adoptée à l'unanimité. — Jose Luis Roca AFP/Archives

Le football espagnol, secoué depuis lundi par «l’affaire Jesuli», pourrait connaître un nouveau scandale de corruption après les révélations d’une chaîne de télé locale reprises jeudi par la presse, concernant un match Athletic Bilbao-Levante.

La chaîne «Popular TV» à Valence a diffusé mercredi une conversation entre le président de Levante Julio Romero et l’ancien capitaine Iñaki Descarga, dans laquelle ils expliquent avoir reçu de l’argent pour perdre un match contre l’Athletic Bilbao afin d’éviter que le club basque ne descende en 2e division à la fin de la saison 2006-2007.

Le président de la fédération mouillé?

«Maintenant, ils veulent tous la prime. Elle est dans un coffre-fort», assure Descarga à son ancien président, toujours à la tête de Levante, après réception de l’argent en provenance de Bilbao. «J’aurais dû le dire à toute l’équipe mais si je l’avais fait ça n’aurait pas marché», ajoute l’ex-capitaine de Levante dans cette conversation dont la date et les circonstances d’enregistrement n’ont pas été précisées.

Descarga et Romero disent aussi avoir fait en sorte que le président de la Fédération espagnole Angel Maria Villar, ex-joueur et toujours fervent supporteur de l’Athletic Bilbao, soit au courant de ce marché. «Nous nous sommes occupés de le faire savoir à Villar», assure Romero, ajoutant: «Peu importe ce qui se dira, nous devrons toujours dire que nous sommes allés jouer ce match pour le gagner».

«L’affaire Jesuli»

Il s’agit de la seconde affaire de corruption présumée dans le foot espagnol en une semaine. Lundi, le journal «El Mundo» avait rapporté une discussion entre le président de la Real Sociedad et un ancien joueur de Tenerife, Jesuli, dans laquelle ce dernier assurait avoir touché de l’argent de Malaga pour perdre le dernier match de la saison 2007-2008 du Championnat de 2e division, à l’issue de laquelle Malaga avait été promu.

La Fédération a annoncé mercredi avoir saisi le parquet sur cette affaire alors que le joueur, qui avait diffusé un démenti lundi, a annoncé mercredi qu’il allait attaquer en justice le président de la Real Sociedad.