Cheikh M'Bengue, symbole du TFC nouvelle génération

- ©2008 20 minutes

— 

Cette saison, Cheikh M'Bengue a déjà disputé douze matchs de L 1 sur seize, dont huit comme titulaire. Pas mal pour un joueur initialement remplaçant. Bien sûr, le jeune latéral gauche (20 ans) a profité du repositionement de Jérémy Mathieu au milieu à la place d'un Fodé Mansaré transparent. Mais le néoprofessionnel récolte surtout les fruits de son talent et de son sérieux. « C'est vrai, tout est allé super vite, le travail paie », sourit M'Bengue, lancé en Ligue 1 par Elie Baup le 20 octobre 2007 contre Saint-Etienne (défaite 0-2). Un carton rouge récolté une semaine plus tard en réserve et puni par une incroyable suspension de treize matchs a freiné sa progression. Sans l'arrêter. Alain Casanova a relancé cet été ce pur produit de la formation violette, comme Congré, Fofana, Capoue ou son grand pote Sissoko, tous titulaires dimanche contre Marseille. « Face à l'OM, j'ai été présent défensivement, apprécie l'un des deux seuls natifs de Toulouse de l'effectif (avec Congré). Mais j'aurais peut-être pu apporter davantage offensivement. » Très rapide et excellent au marquage, M'Bengue - arrière central de formation - doit encore vaincre une certaine timidité au moment d'attaquer. Une remarque valable pour l'ensemble de l'équipe. « On joue parfois avec le frein à main », avoue le nouvel international espoirs.

N. S.