« Notre marge de progression est énorme »

Nicolas Stival - ©2008 20 minutes

— 

Hier matin, Alain Casanova est revenu sur la prestation en demi-teinte de son équipe la veille au Stadium, face à Marseille (0-0). L'entraîneur toulousain a ensuite dressé un état des lieux, à trois rencontres de la trêve hivernale (Lille, Saint-Etienne et Nice).

G Le bilan du match « Marseille nous a montré un grand respect. L'organisation mise en place a tenu la route. On avait une tactique pour les mettre en difficulté lors du premier quart d'heure, mais on n'a pas assez varié notre jeu et il y a eu beaucoup trop de déchet. »

G Pas de changement en fin de match « Dans le dernier quart d'heure, l'OM poussait, cela devenait difficile, notamment dans l'axe. Je me suis dit que si je prenais le risque de tenter de gagner ce match, j'allais le perdre. On a vu avec Fodé [Mansaré, qui a remplacé à la 69e minute Jérémy Mathieu, blessé] que ce n'était pas facile d'entrer dans ce type de match. »

G Une trajectoire ascendante « Nous sommes en progrès. Nous avons certaines garanties au niveau défensif. Maintenant, notre marge de progression est énorme. Dimanche, cinq des dix joueurs de champ sortaient du centre de formation [Congré, Fofana, M'Bengue, Capoue, Sissoko]. »

G L'apport des jeunes « Les jeunes assument. Mais ils sont aussi à l'image de l'équipe. On n'a pas encore suffisamment de confiance ni de maîtrise. Certains joueurs sont encore tendres à ce niveau. Ils doivent arriver à faire la différence entre les moments où il ne faut pas prendre de risques, comme au début du match, et les périodes où c'est possible car la pression est moindre, au milieu de chaque mi-temps. »

G L'état de fraîcheur des troupes après seize journées de L1 « Tout le monde n'est pas dans la même situation. Mais les plus jeunes, comme Fofana et M'Bengue, ou les plus utilisés, comme Didot, sont un peu émoussés. C'est le lot de toutes les équipes avec la répétition des matchs, les pelouses difficiles. »