Les seconds rôles entrent dans la lumière

David Phelippeau - ©2008 20 minutes

— 

« Il suffisait de sortir Klasnic ! », a titré, avec sarcasme, un site Internet pour expliquer les raisons de la quatrième victoire du FC Nantes, samedi soir, au Havre (2-0). Un peu vachard, mais finalement pas si loin de la vérité. Il a fallu en effet attendre le remplacement de l'attaquant croate Ivan Klasnic par le milieu de terrain David de Freitas pour assister trois minutes plus tard à l'ouverture du score nantaise (66e)... puis, vingt-deux minutes plus tard, à l'estocade portée par les Canaris (85e). Une dernière demi-heure durant laquelle le FCN a exhalé quelques relents de Ligue 2, avec neuf joueurs sur onze qui ont participé à la remontée du club dans l'élite.

Pire encore, quatre de ces neuf joueurs - Filip Djordjevic, David de Freitas, Yoann Poulard et Guillaume Moullec - étaient restés dans l'ombre depuis le début de saison. Le milieu de terrain Guillaume Moullec, passeur décisif samedi, avait même été convoqué dans le bureau des dirigeants pour lui trouver une porte de sortie. « Cela montre que les joueurs qui étaient là l'année dernière ne sont pas plus mauvais que les autres... », lâche l'ancien Lorientais. Sans prononcer le mot, Moullec veut sans doute parler des recrues Michael Gravgaard et Ivan Klasnic. Le premier, blessé au pied depuis une dizaine de jours, a été remplacé par Yoann Poulard. Le second, toujours aphone devant le but, continue de décevoir. Elie Baup va-t-il indéfiniment leur faire confiance au détriment de joueurs supposés plus faibles mais irréprochables ce week-end au Havre ? Ou va-t-il trancher dans le vif en les reléguant sur le banc ? « Je regarde toujours l'intérêt de l'équipe », élude l'entraîneur nantais.