Apolline Dreyfuss replonge dans le bain

Floréal Hernandez - ©2008 20 minutes

— 

A l'évocation de son nom, le public de la piscine de Schiltigheim a redoublé d'applaudissements. Ce week-end, Apolline Dreyfuss est venue participer à la fête annuelle de son club, le Ballet nautique de Strasbourg. « Le gala, c'est l'occasion de retrouver mon club, explique la nageuse qui a pu constater sa cote de popularité. Ça me rappelle de nombreux souvenirs, j'y participe depuis 14 ans. Quand on est petite, c'est le moment où l'on rencontre le public, où l'on sait pourquoi on s'entraîne. »

Elle, c'est à Pékin qu'elle a compris pourquoi elle avait quitté sa famille à l'adolescence pour s'entraîner à Aix-en-Provence puis à Paris. Le prix à payer pour une participation aux JO. Apolline Dreyfuss l'avoue : « 2008 a été une année forte en émotion. Je me suis consacrée exclusivement au duo. Le solo et l'équipe ont été mis de côté. Mes études aussi. On s'est entraînés énormément, il y a eu pas mal de moments difficiles. » Son grand sourire laisse penser que les Jeux valaient ces sacrifices.

La préparation l'a rapprochée de partenaire, Lila Meesseman-Bakir. « Nager ensemble vers un même objectif a créé des liens. C'est devenue une vraie amie. » Une complicité qui a permis au duo français de décrocher une onzième place aux JO. Le moment fort de la compétition : la sortie de la chambre d'appel pour aller exécuter son programme. « Dans la chambre, on ne voyait pas le public. Ils ont ouvert les portes au dernier moment. Et là, tout d'un coup, on est face à des gradins remplis de 15 000 personnes. Pff, j'avais les jambes qui tremblaient ! », se remémore Apolline en rigolant.

Les Jeux lui ont permis de croiser, au village olympique, tous les athlètes français mais aussi Usain Bolt, Michael Phelps... Elle est aussi allé soutenir les autres nageurs français, les boxeurs, et a assisté au sacre des handballeurs.

Revenue « à la vraie vie », Apolline Dreyfuss a repris l'entraînement à l'Insep depuis un mois. Le hic, la piscine a brûlé. « C'est un peu galère », peste-t-elle. Mais cet aléa va permettre à la nageuse de 21 ans de faire quelques voyages. « En décembre, on part à la Réunion en stage. On va avoir quelques bons stages de compensation. »

Apolline Dreyfuss repart pour un cycle de quatre ans jalonné d'étapes avant les J.O. de 2012 à Londres. La première, les Mondiaux à Rome en juillet prochain. Autre objectif, finir son BTS et intégrer une école de commerce.