Gallas retourne les foules

Matthieu Goar

— 

Manchester United, après sa tranquille victoire sur Liverpool (3-0) dimanche lors de la 31e journée, s'achemine vers son 17e titre de champion d'Angleterre, même si Chelsea, tombeur d'une équipe d'Arsenal en perdition (2-1), n'a pas dit son dernier mot.
Manchester United, après sa tranquille victoire sur Liverpool (3-0) dimanche lors de la 31e journée, s'achemine vers son 17e titre de champion d'Angleterre, même si Chelsea, tombeur d'une équipe d'Arsenal en perdition (2-1), n'a pas dit son dernier mot. — Carl de Souza AFP
Malheureusement pour les tabloïds britanniques, ce n’est pas lui qui a commis la boulette, mais son coéquipier Djourou, qui a marqué contre son camp à la 30e minute. Sinon, on ne donnait pas cher de la peau de William Gallas. Ainsi va la vie de footballeur-star. Vilipendé par toute la presse britannique pour ses critiques publiques envers ses coéquipiers, déchu de son rôle de capitaine par Arsène Wenger et détesté par les supporters de Chelsea qui ne lui pardonnent pas son transfert à Arsenal, Gallas était forcément l’homme du match Chelsea-Arsenal. Même bien avant que le coup d’envoi de ce match ne soit donné.

«Gallas is my mate»

Vers 17h, sur le pré de Stamford Bridge, l’international français a été accueilli par les huées de ses anciens supporters. Comme un symbole, à la fin du match, les supporters d’Arsenal, tout heureux de la victoire des Gunners 2-1, ont chaleureusement entonné une chanson en son honneur: «William Gallas, is my mate, he hates Chelsea» («William Gallas est mon pote, il hait Chelsea»). Lui s’est avancé vers eux avec un sourire pour leur offrir son maillot.

Car Gallas a fait un match plein et a contribué à la victoire de son équipe. Parfois il a fleurté avec la limite, comme sur ce tacle sur Lampard à moins d’un mètre de la surface mais en première période, il a aussi failli marquer, manquant d'un rien le ballon repoussé par Petr Cech sur un tir de Samir Nasri. «Il a été exceptionnel aujourd'hui. Il mérite qu'on lui rende hommage. Son engagement pour l'équipe est fantastique. Il montre qu'il est un battant», a déclaré Wenger à la fin du match. Le coach français avait déchu Gallas de son capitanat et l'avait écarté de l'équipe le 22 novembre pour le déplacement à Manchester City où les Gunners avaient été lourdement battus (3-0). En rentrant au vestiaire, les supporters des Blues n’ont pu s’empêcher de le chambrer. Gallas, apaisé, leur a seulement adressé un petit sourire chambreur. Ou peut-être repensait-il au doublé de Van Persie, ce joueur qu’il a tant critiqué et qui a pemis ce dimanche la victoire d’Arsenal.