Des Nordistes toujours trop généreux

Antoine Maes - ©2008 20 minutes

— 

Tout ça finira par leur coûter cher. En ne battant pas Lorient (1-1), samedi, les Lillois ont manqué une belle occasion de se rapprocher des leaders. A force de se montrer aussi généreux, les coéquipiers de Rio Mavuba finiront même par louper le bon wagon. C'est un scénario qui commence sérieusement a agacer les supporters. Parce qu'une nouvelle fois, les Nordistes se sont fait reprendre, alors qu'ils avaient tout fait pour se faciliter la vie.

« Quand on réalise une première demi-heure d'un tel niveau, il faut savoir se mettre à l'abri. Bien sûr, durant ces trente minutes, on a mis Lorient en grande difficulté. Mais nous n'avons trouvé l'ouverture qu'une fois. Et dans ces cas-là, quand vous êtes incapables de breaker, un contre peut survenir : c'est ce qui s'est produit en fin de première période », raconte Rudi Garcia. Rien ne semblait pourtant pouvoir leur arriver. Bastos avait mis sept minutes pour marquer son 6e but de la saison, et Lorient n'existait pas, étouffé par un pressing brûlant. Le Losc tenait fermement la barre d'un match qui semblait plié. Mais Morel s'est échappé sur le côté gauche à dix minutes du repos, et Rami a taclé dans son but un centre puissant. « J'essaye de dégager un ballon, et au final, je marque contre mon camp. Maintenant, mon sentiment est clair : je donne ce point du match nul à cette équipe de Lorient. Je m'en excuse auprès de mes équipiers », explique Adil Rami. Après ça, on n'a plus vu le Losc que par intermittence. « Même en finissant avec beaucoup d'offensifs et la classe biberon en attaque, ça n'a pas été suffisant. Avec les absences de Vittek et De Melo [touchés au genou tous les deux], il nous manquait trop d'atouts pour être décisifs », regrette Rudi Garcia.

Il manque d'ailleurs encore un peu de tout à cette équipe pour aller chatouiller les meilleurs. L'instinct du tueur en attaque, un peu d'expérience en défense... « Il y a peut-être des choses à revoir, comme savoir se mettre à l'abri le plus tôt possible. Je pense que ces carences viennent plutôt d'un manque de concentration à des moments clés du match que d'une quelconque inexpérience. J'ai confiance en cette équipe », souligne Michel Bastos. Elle devra le prouver samedi prochain contre Toulouse. Encore à domicile.