Cédric Carrasso a tenu le choc face à ses anciens partenaires

- ©2008 20 minutes

— 

Cédric Carrasso est arrivé en boitant en salle de presse. « J'ai pris un coup sur la cheville dans un choc avec Niang, mais rien de méchant. » Sur cette action de la 85e minute, le gardien toulousain a sauvé son équipe, en sortant à toute vitesse devant l'attaquant marseillais. Il a en même temps empêché son club formateur de glaner un quatrième succès à l'extérieur cette saison en L1. « Jouer contre l'OM ? Bien sûr que ça m'a fait bizarre, je connais tout le monde là-bas », a remarqué l'Avignonnais d'origine (27 ans dans un mois), débarqué cet été au TFC. Si Marseille a largement dominé, la meilleure attaque de L1 a peu cadré. Par conséquent, le portier de la deuxième défense du championnat - suppléé par Didot sur un tir de Niang (41e) - a été peu inquiété. Mais, comme d'habitude, il a dégagé une grande sérénité sur chacune de ses interventions. En bon leader, il a aussi « sorti le parapluie » au moment d'évoquer la timidité toulousaine. « L'équipe est composée à 50 % de joueurs du centre de formation, qui ont 20 ans et disputent un de leurs premiers gros matchs dans un stade plein. On voulait le gagner, mais aussi ne pas le perdre. On avait le cul entre deux chaises. » Carrasso assure pour sa part être « 100 % Toulousain ». Même s'il n'exclut pas de revenir un jour à ses premières amours phocéennes.

N. S.