Quand Gallas joue les poètes

FOOT Le défenseur des Bleus a Bleus a répondu aux attaques de Jérôme Rothen à travers un poème, en direct sur Canal+...

R.S.

— 

Le défenseur des Bleus William Gallas a estimé mardi que "siffler son équipe après un match nul", comme l'ont fait lundi les spectateurs français à Zurich après France-Roumanie (0-0), "c'est incompréhensible".
Le défenseur des Bleus William Gallas a estimé mardi que "siffler son équipe après un match nul", comme l'ont fait lundi les spectateurs français à Zurich après France-Roumanie (0-0), "c'est incompréhensible". — Franck Fife AFP

Dans les duels, William Gallas n’est généralement pas le dernier venu pour s’imposer physiquement. Il a montré sur Canal+ mercredi soir qu’il savait aussi la jouer en finesse. Sur le plateau du «Grand Journal», le défenseur d’Arsenal et de l’équipe de France a répondu d’une manière inattendue aux attaques de Jérôme Rothen qui l’avait égratigné dans sa biographie, paru en septembre dernier.



Suivez PSG-Santander en live comme-à-la-maison sur 20minutes.fr, à partir de 20h45


Lorsque le milieu de terrain du PSG avait décrit son ancien pote de chambrée à Clairefontaine comme «une truffe» ou «un cancre tout juste bon à récolter un 4/20 en maths», l’ex-capitaine des Gunners s’était dit blessé, et avait annonçait qu’il réservait sa réponse pour la télévision. Elle est intervenue mercredi soir sous forme de… poème. Tel un sage écolier, vêtu d’une chemise et une cravate soignées, William Gallas s’est levé, a demandé l’autorisation à Michel Denisot de réciter «Le Cancre», de Jacques Prévert:

«Il dit non avec la tête
Mais il dit oui avec le coeur
Il dit oui à ce qu'il aime
Il dit non au professeur
Il est debout
On le questionne
Et tous les problèmes sont posés
Soudain le fou rire le prend
Et il efface tout
Les chiffres et les mots
Les dates et les noms
Les phrases et les pièges
Et malgré les menaces du maître
Sous les huées des enfants prodiges
Avec des craies de toutes les couleurs
Sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur.»

A

ucune faute, un ton fluide et ce petit zozotement qui redonne soudain au défenseur teigneux de Premier League un air de premier de la classe. Applaudissements sur le plateau, hommage du présentateur, tout y est. On attend maintenant la réponse de Jérôme Rothen.