Un bilan mitigé pour l’équipe de France de rugby

RUGBY Deux victoires et une défaite pour les Bleus lors de cette tournée d'automne...

Pierre Koetschet

— 

Cela s'est joué à peu de chose, mais encore une fois, l'Australie a mis à terre le XV de France et Nicolas Mas, samedi 22 novembre, au stade de France.
Cela s'est joué à peu de chose, mais encore une fois, l'Australie a mis à terre le XV de France et Nicolas Mas, samedi 22 novembre, au stade de France. — Pascal Rossignol / Reuters

Chacun ses façons d’évacuer l’amertume de la défaite. Dans les salons de l’hôtel parisien où étaient regroupés les joueurs du XV de France, certains comme Chabal, signent des autographes, sourient à l’idée de retrouver leurs foyers après trois semaines de tournées, tandis que d’autres, comme le capitaine Nallet, touché aux côtes, ont l’air de porter tout le poids de la défaite dace à l’Australie sur leurs épaules (13-18).

 

Le sélectionneur Marc Lièvremont s’en sort lui avec une boutade. «Je n’ai pas revu le match. J’ai préféré aller boire quelques bières. A la sortie, on avait toujours perdu, et j’avais un peu mal au crâne.»

 
«Si on avait gagné, on se serait grisé»
 

Deux aspirines plus tard, la déception de la veille est passée. «C’est peut-être un mal pour un bien!», ironise le sélectionneur. «Si on avait gagné, on se serait grisé, on se serait vu champion du monde avec le grand chelem dans la poche. Quand je dis on, c’est vous, les médias, nous, et même peut-être les joueurs!»

 

Reste que la défaite face à l’Australie fait tâche, après deux laborieuses victoires mais deux victoires quand même face à l’Argentine et aux Iles du Pacifique. «On avait dit que ce serait une réussite avec trois victoires. Le bilan chiffré est donc négatif, mais les contenus, ils sont plutôt bons. On savait qu’on avait du potentiel, qu’on a les joueurs pour rivaliser au plus haut niveau. C’est la grosse satisfaction.»

 
«Ce match perdu nous a paru le plus abouti» 
 

Pas de quoi verser dans le fatalisme donc. «Oui, nous sommes déçus, mais pas sur la manière, assure Emile N’Tamack, entraîneur des lignes arrières. Paradoxalement, ce match perdu nous a paru le plus abouti, le plus intéressant pour continuer à construire.»

 

 Prochaine étape face à l’Irlande, à Croke Park le 7 février 2009. Cette fois-là construire ne suffira pas. Il faudra aussi gagner.