Marc Lièvremont: «On n'est pas heureux, mais contents»

RUGBY Réaction du sélectionneur de l'équipe de France après une défaite face à l'Australie, et une gueule de bois...

Propos recueillis par Pierre Koetschet

— 

Les entraîneurs du XV de France ont retenu onze nouveaux joueurs pour la Tournée en Australie, où ils affronteront les Wallabies les 28 juin à Sydney et 5 juillet à Brisbane, et ont rappelé sept anciens, dont Sébastien Chabal, Pépito Elhorga et Mathieu Lièvremont.
Les entraîneurs du XV de France ont retenu onze nouveaux joueurs pour la Tournée en Australie, où ils affronteront les Wallabies les 28 juin à Sydney et 5 juillet à Brisbane, et ont rappelé sept anciens, dont Sébastien Chabal, Pépito Elhorga et Mathieu Lièvremont. — Franck Fife AFP/archives

«Je n’ai pas revu le match», s’amuse Marc Lièvremont dimanche matin, au lendemain d‘une rageante défaite face à l’Australie (13-18). «J’ai préféré aller boire quelques bières. A la sortie, on avait toujours perdu, et j’avais un peu mal au crâne», sourit le sélectionneur, apparemment plus éprouvé par sa nuit que par la défaite.

 
Marc, avez-vous digéré cette défaite?
 

Cette défaite, c’est peut-être un mal pour un bien. Cela montre que le haut niveau est une somme de petits détails. Et ces détails, on les maitrise pas encore. Du coup cette victoire nous échappe. On a le potentiel humain pour rivaliser face aux meilleurs, mais collectivement, on y est pas encore. Il ya beaucoup de choses positives, mais ça va nous permettre de pas nous griser, et peut-être entraîner une réflexion de l’ensemble du rugby français sur notre fonctionnement. Cela aurait été anormal qu’une équipe qui a trois semaines pour se préparer rivalise avec une équipe qui a six mois (l’Australie).

 
Quel est votre sentiment, dimanche matin?

Partagé ente envie d’encourager les joueurs, et l’envie de les secouer, et de leur dire : les gars, c’est pas possible, on peut pas perdre un match comme ça. Il faut que sortis du cadre de l’équipe de France ils gardent leur attitude de haut niveau, être toujours exemplaire sur et hors du terrain.

 
Quel bilan tirez-vous de la tournée?

On avait dit que ce serait une réussite avec trois victoires. En plus, en gagnant on pouvait prétendre accéder au premier chapeau et être tête de série à al Coupe du monde. Ce n’est pas le cas. Le bilan chiffré est donc négatif, mais les contenus, ils sont plutôt bons. On savait qu’on avait du potentiel, qu’on a les joueurs pour rivaliser au plus haut niveau. C’est la grosse satisfaction. Evidemment, tout n’est pas abouti, mais on se serait grisé, on se serait vu champion du monde avec le grand chelem dans la poche. On n’est pas heureux parce qu’on revient avec une défaite, mais on est contents du contenu. On aurait pu gagner avec exactement le même contenu. On sait ou on va, on connait notre potentiel, les joueurs commencent à prendre conscience de ce qu’ils peuvent faire.