Cayzac raconte les coulisses du PSG

FOOT L'ancien président revient sur ses vingt mois à la tête du club parisien. C'était dur...

M. Go.

— 

Le président du Paris SG, Alain Cayzac, a jugé vendredi "dramatique" la mort d'un supporteur parisien jeudi soir, tué par balle par un policier, assurant avoir "honte", ajoutant qu'il ne pensait pas que le Paris SG était "plus violent qu'un autre" club.
Le président du Paris SG, Alain Cayzac, a jugé vendredi "dramatique" la mort d'un supporteur parisien jeudi soir, tué par balle par un policier, assurant avoir "honte", ajoutant qu'il ne pensait pas que le Paris SG était "plus violent qu'un autre" club. — Stéphane de Sakutin AFP/Archives
La rentrée littéraire est décidément très riche dans le milieu du sport et notamment du foot. Après le livre de Rothen «Vous n’allez pas me croire», «La Face cachée de L’Equipe» de David Garcia et «Zidane, une vie secrète» de Besma Lahouri, c’est au tour d’Alain Cayzac de livrer sa confession sur ses vingt mois à la tête du PSG. Le livre s’appelle «Passion impossible» et il n’épargne personne.

Comme on pouvait s’y attendre, diriger le PSG n’a rien d’une sinécure. «J'ai vécu une aventure tellement riche et violente que j'ai trouvé intéressant de la partager avec ceux qui aiment le PSG. C'était dur, dramatique et violent. La pression est permanente et insoutenable. Je suis un peu meurtri, j'ai la rage car je sais qu'il ne fallait pas grand chose pour réussir», analyse Cayzac.

Le Guen? Pas assez mûr...

Tout au long des pages, Cayzac dresse en effet un portrait sans concession des hommes du club parisien. Paul Le Guen? Il est «trop méfiant, trop désireux de recruter des joueurs qui ont son profil. Il n’est pas assez mûr pour devenir un bon manageur», explique Alain Cayzac, qui revient sur son livre dans un entretien au «Parisien» ce mardi. Buttler, le principal actionnaire? Il est accusé de double jeu. «En surface, c'est très amical, mais dans mon dos, il soutient la candidature d'un autre (ndlr: Michel Moulin).»

Cayzac avait essayé de faire venir Gourcuff au PSG... Pour lire les extraits, cliquez ici.

Son successeur, Charles Villeneuve? Même si Alain Cayzac ne souhaite pas le juger, il ne peut pas s’en empêcher. «Delanoë m'avait dit: "Ton problème, c'est que tu es trop populaire". Villeneuve ne l'est peut-être pas assez. Aujourd'hui, ce qui est fait est bien fait. Avec Makelele et Giuly, on a de vrais leaders. Jusqu'ici, j'aurais fait la même chose que lui.» Sans rancune bien sûr…