Losc-Valence : Un Lille sous pression veut éviter la sortie de route prématurée en Ligue des champions

FOOTBALL Le club nordiste, qui reçoit Valence ce mercredi en Ligue des champions, n'a déjà plus de droit à l'erreur s'il souhaite poursuivre son aventure européenne

Francois Launay

— 

Yusuf Yazici a du mal à s'imposer au Losc depuis le début de saison
Yusuf Yazici a du mal à s'imposer au Losc depuis le début de saison — AFP
  • Après deux défaites en deux matchs, le Losc ne peut pas se permettre un nouveau faux pas face à Valence en Ligue des champions.
  • Moins flamboyants ces dernières semaines, les joueurs lillois se sont fait rappeler à l’ordre par leurs dirigeants.

Le Losc ne veut pas regoûter à l’eau trouble. Après une saison traversée sans nuages et terminée en apothéose avec une deuxième place de Ligue 1 et une qualification en Ligue des champions, le club nordiste avait fini par oublier le doute. Mais après une série de quatre matchs d’affilée sans victoire toutes compétitions confondues, Lille commence à se prendre la tête. Le club, qui reçoit Valence ce mercredi soir en Ligue des champions, sait déjà qu’il n’a plus le droit à l’erreur dans la plus belle des compétitions.

Après deux défaites en deux matchs de C1, les hommes de Christophe Galtier ne peuvent pas se permettre un nouveau faux pas. « En cas de résultat négatif, ce serait très difficile d’espérer se qualifier pour les huitièmes de finale. On va devoir élever notre niveau de jeu et surtout élever notre détermination à vouloir encore exister dans cette compétition », a martelé le coach nordiste mardi en conférence de presse.

Des critiques sur le manque de combativité des joueurs

En utilisant à plusieurs reprises le mot détermination, Galtier a surtout voulu envoyer un message à ses joueurs. Plus que la mauvaise passe actuelle, c’est surtout la manière et l’attitude de son équipe qui déçoivent actuellement le technicien. Battu samedi à Toulouse (2-1), le Losc n’a pas semblé concerné par les événements.

Décevants depuis le début de saison, Jonathan Bamba et Jonathan Ikoné, si brillants l’an passé, incarnent ce Lille en manque de combativité. Et comme si le message n’était pas assez clair, Gérard Lopez, le président du club, en a rajouté une couche mardi dans un entretien à l’AFP.

« Le gros souci, c’est l’implication. On n’y est pas », tacle Gérard Lopez

« On a clairement un problème d’attitude sur le terrain. Pour jouer le football qu’on jouait la saison dernière, il faut être impliqué et appliqué à 100 %. Et là, on n’est pas dedans. On ne va pas faire dans le catastrophisme, mais le contenu me gêne. Le gros souci, c’est l’implication. On n’y est pas », a déploré le dirigeant nordiste.

Même coup de pression du côté de Luis Campos, le recruteur du Losc, qui a récemment tapé du poing sur la table sur RMC. « C’est fini le côté "on n’a pas d’expérience". Si on veut être une équipe compétitive, incarner un projet ambitieux, il faut gagner des points en Ligue des champions, être plus réalistes, et bien comprendre ce qu’il s’est passé durant les deux premiers matchs », s’est lâché le Portugais.

Un recrutement moyen

Galtier, Campos, Lopez, tout le monde s’y est donc mis en quelques jours pour remettre les joueurs face à leurs responsabilités. Même si les dirigeants nordistes ne sont pas exempts de tout reproche dans ce début de saison moyen. Le jeu lillois, basé sur des transitions rapides, devient de plus en plus lisible pour les adversaires, au point que Galtier pourrait bientôt changer de système tactique.

Surtout, avec le départ de quatre joueurs importants à l’intersaison (Pépé, Thiago Mendes, Leao et Koné), Lille a perdu en qualité. Recrutés à prix d’or, Yusuf Yazici (16,5 millions d’euros) et Renato Sanches (20 millions) n’ont pas encore montré grand-chose. A l’inverse, si l’attaquant nigérian Victor Osimhen est une super pioche, Luis Campos a déjà ouvert la porte à son départ en fin de saison. Comme si le modèle économique lillois basé sur la plus-value rapide ne pouvait pas faire bon ménage avec la stabilité.

Reste que cette jeune équipe nordiste a encore les moyens de se relancer. En cas de succès face à Valence, le Losc se replacera clairement dans la course à la qualification. Le meilleur moyen de faire oublier les petites tensions apparues ces derniers jours. Sinon, il faudra peut-être finir par prévoir un business plan sur l’expérience européenne qui, normalement, ne s’achète pas.