Christian Larièpe, directeur sportif du FC Nantes: «Certains joueurs sont de grands enfants»

FOOT Christian Larièpe analyse sans concession la situation du FC Nantes, 17e de Ligue 1...

Recueilli par David Phelippeau
— 
Les joueurs du FC Nantes à l'entraînement au centre de la Jonelière, le 5 août 2008.
Les joueurs du FC Nantes à l'entraînement au centre de la Jonelière, le 5 août 2008. — F.Perry/AFP

Le directeur sportif du FC Nantes n'a pas l'habitude de se cacher derrière une fausse langue de bois. Entretien.

Cela fait un an que vous êtes au FC Nantes. Quelle est votre plus grande fierté ?

La première, c'est bien sûr d'avoir participé à la remontée en L1. Et la deuxième, c'est d'avoir réussi mon intégration. J'ai été bien adopté à Nantes dans une ville pourtant réputée fermée.


Et quel est votre plus grand regret ?

Ce procès d'intention qui est fait au président Kita. Certains pensent qu'on est venus dans un but lucratif. Je ne comprends pas. Kita donne de son temps et de son argent. Il aurait très bien pu rester tranquille dans ses bureaux à Paris au lieu d'investir à Nantes.


Au plus fort de la crise, on vous a souvent vu en première ligne...

Moi, j'ai une mission. Je me dois de réussir. Je me mettrai le ventre à terre pour y arriver. On en a pris plein la tête, que ce soit dans la presse ou par les supporters. Mais j'en ai tiré des leçons.


N'avez-vous pas manqué de fermeté pour régler l'altercation entre Abdoun et Babovic début août ?

Cet épisode a été très embêtant. Il a divisé le vestiaire. Il y a eu les partisans d'Abdoun et ceux de Babovic. Je ne les ai pas reconnus. Ce n'est pas leur style. Mais dans la vie, on doit savoir pardonner. A-t-on bien géré ce problème par rapport aux proportions qu'il a pris ? Non, c'est clair.


Pour l'heure, votre recrutement (Babovic et Djordjevic) laisse sceptique. Vous êtes-vous trompé ?

Le recrutement, c'est aléatoire et compliqué. Je ne pouvais pas supposer que l'intégration de ces deux joueurs serait aussi compliquée. Mais on a commis une erreur: on les a surprotégés. Le problème, avec certains footballeurs, est qu'on a affaire à des grands enfants qui jouent entre papa et maman en situation de divorce.


Etes-vous agacé quand vous entendez que la remontée en L1 est surtout due au bon recrutement de Xavier Gravelaine?

Je m'en fous. C'est comme si, je disais que Saint-Etienne est en Coupe d'Europe grâce à moi car j'ai formé Gomis, Dabo ou Perrin.


Denoueix et Hillion ont affirmé ne pas avoir discuté de formation avec vous alors que vous avez dit l'inverse dans Ouest-France. Cela ne fait-il pas un peu désordre?

Je suis surpris. Hillion, je l'ai souvent au téléphone. Et Denoueix, on a fait des stages de responsable de formation où on a souvent évoqué ce sujet. Je suis vraiment désolé d'avoir touché leur susceptibilité...