France - Tunisie: Domenech veut «confirmer»

FOOTBALL Refusant d'évoquer son cas personnel, le sélectionneur reste focalisé sur le terrain et la qualification pour le Mondial 2010...

R.S.

— 

Raymond Domenech, le sélectioneur de l'équipe de France, face à la Roumanie, le 11 septembre 2008 à Constanta.
Raymond Domenech, le sélectioneur de l'équipe de France, face à la Roumanie, le 11 septembre 2008 à Constanta. — B.Cristel/REUTERS

Inutile d’aborder le débat récurrent de cette trêve internationale, la question qui fâche. Raymond Domenech n’a jamais évoqué son cas personnel depuis qu’il chapeaute les Bleus. Ce n’est pas à la veille d’un match amical face à la Tunisie qu’il risque de s’y coller. Lundi après-midi, pour sa deuxième sortie en quatre jours devant les journalistes, le sélectionneur a de nouveau éludé la question de son avenir, se contentant de répéter ce qu’il avait déjà affirmé au lendemain du nul ramené de Roumanie (2-2) samedi.

«L'équipe de France est toujours sous pression, la qualification pour la Coupe du monde, c'est ce qui importe, et on n'est pas encore qualifié», a juste commenté le technicien dont le sort sera fixé mercredi au terme du conseil fédéral. Dans la balance, le match de mardi soir ne devrait pas peser bien lourd. Interrogé sur l’influence de ce rendez-vous, l’intéressé assure que «ce n’est pas (son) problème».

«On ne joue pas que pour le sélectionneur»

Il y voit plutôt l’occasion de «confirmer, stabiliser» et montrer que les progrès des deux derniers matchs «ne sont pas une utopie». A Constanta, Jean-Alain Boumsong ou Franck Ribéry ont pourtant assuré avoir joué pour leur sélectionneur. Comme si l’enjeu de la rencontre était double. Ils devraient logiquement garder la même ligne de conduite mardi même si pour certains l’avenir du «coach» n’est suspendu ni déclarations ni aux prestations des joueurs.

«On ne joue pas que pour le sélectionneur, s’agace Jérémy Toulalan. On joue pour tout le monde. Ce sont les dirigeants qui doivent prendre position. Je ne suis pas sûr qu'en disant quelque chose, cela change grand-chose. Je ne sais pas si on a du poids pour que le sélectionneur reste en place.» Il le saura mercredi matin.