Losc - Nîmes : Les Lillois étaient à côté de leurs pompes

FOOTBALL Après la défaite face à Chelsea, Lille, très moyen contre Nîmes, n'a pu arracher qu'un match nul (2-2)

Christophe Kuchly

— 

José Fonte était dans un mauvais jour
José Fonte était dans un mauvais jour — Kieran McManus/BPI/REX/SIPA

Au stade Pierre Mauroy,

On avait un peu perdu l’habitude d’entendre des sifflets au stade Pierre-Mauroy. Bon, OK, ils n’ont pas duré longtemps et ont vite été couverts par quelques applaudissements. Mais, quand M. Lesage, arbitre de ce Lille - Nîmes, a mis fin aux débats, une partie du public nordiste a montré son mécontentement. Et c’est assez rare pour être noté, surtout dans un match qui n’a pas été perdu.

Il n’est pas le seul coupable, mais il va forcément mal dormir. José Fonte, référence en défense centrale la saison dernière, a plus de difficultés depuis quelques semaines. En Ligue des champions d’abord, compétition qu’il découvre malgré une grande expérience. Mais aussi en Ligue 1, où son placement ne compense pas toujours une lenteur toujours plus grande. A 35 ans, la chose ne devrait pas aller en s’arrangeant. Chaque duel en un-contre-un devient donc une vraie galère s’il n’y a personne pour le couvrir.

Le tacle glissé de trop

Le capitaine, déjà inquiétant sur une relance axiale aboutissant à un tir de Ferhat à la demi-heure de jeu, s’est retrouvé face à Philippoteaux quelques secondes avant la pause. Embarqué par le dribble de son adversaire et incapable de rivaliser sur les premiers appuis, il a sorti un tacle glissé pas vraiment nécessaire et surtout très mal exécuté. Le ballon était un peu plus loin, le Portugais a chopé le joueur. Penalty et égalisation.

Pas trop sollicité ensuite, si ce n’est pour assurer des relances sans grande pression adverse, Fonte est revenu dans l’actualité à vingt minutes de la fin. Au duel avec Denkey sur un centre de Ripart, il se laisse passer devant et n’empêche pas le jeune Togolais de marquer le deuxième but nîmois. Le genre d’actions où son métier lui permettait habituellement de s’en sortir sans dégâts.

Des mauvais choix offensifs

La saison dernière, les deux Jonathan, Bamba et Ikoné, avaient déjà des soucis de régularité, allant parfois trop vite pour faire les bons choix en zone décisive. Le souci, c’est que Bamba a perdu en efficacité et que son partenaire fait ses meilleures performances avec l’équipe de France. De quoi gagner le droit d’y retourner au prochain rassemblement mais insuffisant pour porter le Losc.

Dimanche, les deux sont sortis à l’heure de jeu, sans que la suite ne donne envie de trop les regretter. Leur première combinaison après six minutes de jeu, Ikoné servant parfaitement Bamba en profondeur, avait pourtant été très intéressante. Mais l’ancien Stéphanois n’a pas assez piqué son ballon et ils ont ensuite gâché la plupart des actions qu’ils avaient créées.

Très disponible en début de match, Loïc Rémy a montré qu’il pouvait être précieux dans la construction, au lendemain du mea culpa de son entraîneur, qui avait regretté de ne pas l’avoir fait entrer contre Chelsea. Mais il s’est vite éteint et Victor Osimhen, si menaçant une fois servi dans la surface, a passé de longs moments déconnecté de ses partenaires. Embêtant pour le meilleur joueur de l’équipe.

Et ça aurait pu être pire….

L’égalisation de Victor Osimhen, après un tir contré de Rémy et un autre de Soumaoro repoussé par le gardien, a lancé un temps fort lillois dans les dix dernières minutes. Mais, à ce moment-là, il tombait un peu du ciel, Denkey ayant manqué l’occasion de faire le break juste avant. Le Losc a fini très fort, multipliant les coups de pied arrêtés dans les dernières secondes, mais ce nul est loin d’être mal payé.

« Heureusement qu’ils n’ont pas joué tout le match comme lors des dix dernières minutes », souriait le milieu gardois Lucas Deaux. « Il y a un sentiment de frustration parce qu’on mène au score à l’extérieur, mais si on nous avait dit qu’on prendrait un point avant le match on aurait signé, appuie son partenaire Anthony Briançon. Sur le premier, on ne défend pas bien. Et le second, c’est une phase arrêtée… »

Intéressants dans l’entrejeu, les Crocos ont fait mieux qu’opposer leur courage à des Lillois qui étaient peut-être fatigués par leur match contre Chelsea en milieu de semaine. Face à un mal classé, à domicile qui plus est, on attendait tout de même bien mieux des Dogues. Parce qu’on ne préfère pas imaginer ce qui se passerait si Osimhen se cassait un truc…