Manaudou à Marseille à «98%»

NATATION Selon le président du Cercle des nageurs marseillais, la nageuse devrait s'engager avec le club dès lundi...

R.S.

— 

Egérie de la natation française élevée au rang de star, Laure Manaudou captive et pas moins de six livres sont sortis ces derniers mois sur la championne qui a décidé de se raconter et de se montrer autrement.
Egérie de la natation française élevée au rang de star, Laure Manaudou captive et pas moins de six livres sont sortis ces derniers mois sur la championne qui a décidé de se raconter et de se montrer autrement. — Martin Bureau AFP/Archives

Après plusieurs semaines de tractations, de rumeurs et de commérages, tout devrait donc se décanter lundi. Sauf revirement de dernière minute, la nageuse d’Ambérieu annoncera lors d'une conférence de presse à 11h30 qu’elle s’entraînera la saison prochaine à Marseille.

Dans le journal «L’Equipe»,
le président du Cercle des nageurs marseillais, Paul Leccia, évalue dimanche à «98%» les chances de voir Laure Manaudou rejoindre son club. «Rien ne nous sépare. Ça avance. Il n'y a aucun blocage, mais on n'a pas conclu. Ça ne devrait pas tarder. Ça va se faire.»

«La structure idéale»

Officiellement en vacances dans les Bouches-du-Rhône depuis son retour de Pékin, où elle a retrouvé son amie Anne-Sophie Le Paranthoën, la tête d’affiche de la natation française ne devrait plus entretenir très longtemps le mystère autour de sa future destination d’entraînement. Une fois son départ de Mulhouse acquis, elle s’est mise en quête d’un nouveau point de chute, avec l’aide de son avocat, Didier Poulmaire. A Marseille, elle nagerait avec une autre ex-protégée de Philippe Lucas, Esther Baron, qui vient de rejoindre le club phocéen.

Si le nom du nouvel entraîneur de la Française n'a pas encore été dévoilé, l'autre incertitude qui entoure le transfert porte sur son volet financier. La venue de Manaudou, estimée à 350.000 euros, dont 200.000 euros versés à la nageuse, a contraint le club à de efforts logistiques.

Il y a quatre jours, Francis Luyce, le président de la fédération française de natation estimait que le CNM représentait «la seule solution» pour Laure Manaudou. «Elle peut y trouver toutes les qualités pour s'épanouir. C'est la structure idéale. Laure peut trouver à Marseille les meilleures conditions. Mais son arrivée devra se faire sans Philippe Lucas.» Une hypothèse a priori improbable même si le feuilleton n'en est plus à son premier rebondissement.