Le PSG en panne de réalisme

FOOTBALL Les Parisiens se sont inclinés 1-0 à Saint-Etienne...

Alexandre Pedro

— 

Guillaume Hoarau contre Saint-Etienne le 21 septembre 2008
Guillaume Hoarau contre Saint-Etienne le 21 septembre 2008 — R. Pratta / REUTEURS

Dimanche à Saint-Etienne, Guillaume Hoarau a fait la moitié du chemin pour un avant-centre: il s’est créé des occasions. Problème, l’ancien Havrais a déployé des trésors de maladresse pour les rater. Auteur de deux buts lors des trois premières journées (malgré son lot d’occasions gâchées, déjà), l’attaquant parisien traverse depuis une crise de réalisme inquiétante. «Je suis très content de ce qu'il fait depuis le début de saison. Il manque quelques occasions, mais ce n'est pas de la mauvaise volonté», relativise pourtant Paul Le Guen.

Encore un carton pour Makelele

Contre des Stéphanois en mal de points avant la rencontre, le PSG prend en main le début de match. Dès la quatrième minute, Ceara dépose un centre parfait pour Hoarau qui dévisse sa reprise du gauche aux six mètres. Les Parisiens gèrent leur affaire, mais vont être crucifiés à la 17e par une frappe venue de nulle part du latéral stéphanois Mouhamadou Dabo. En confiance, les Verts manquent de doubler le score, mais la frappe d’Ilan heurte la barre de Landreau.

Après la pause, les malheurs de Guillaume Hoarau se poursuivent avec ce pénalty oublié à la suite d’une charge limite de Jody Viviani sur lui. Les minutes passant, le PSG se découvre. Paul Le Guen lance Kezman et Pancrate, et Claude Makekele reçoit son carton hebdomadaire. Du rythme, de l’engagement et toujours des buts qui se perdent, Giglioti et Gomis ratent le break, Hoarau ne profite pas d’une sortie hasardeuse de Viviani. Comme souvent lors des soirs de défaite, Paul Le Guen a évoqué sa frustration. Les années passent, le jeu évolue, mais les adjectifs restent, au PSG.