Le Bayern de Klinsmann, entre méditation et grosse raclée

FOOT Le jour de l'ouverture de la Fête de la Bière, le Bayern se noie...

Caroline Bruneau

— 

Jürgen Klinsmann, lors de sa présentation au Bayern Munich le 11 janvier 2008.
Jürgen Klinsmann, lors de sa présentation au Bayern Munich le 11 janvier 2008. — Joerg Koch DDP/AFP
C'est une vraie raclée que le Werder de Brême, second la saison dernière, a infligée au FC Bayern, champion en titre, lors de la cinquième journée de la Bundesliga. Une bien mauvaise façon d'entamer l'Oktoberfest, ouverte samedi à Munich. Le futur adversaire de Lyon, encore privé de Ribéry, a subi un vrai calvaire sur sa pelouse, mené 0-2 en première mi-temps, puis encaissant trois buts supplémentaires sans réagir. C'est finalement Tim Borowski, entré à la pause, qui sauve la face de son équipe en inscrivant deux buts. L'absence de Miroslav Klose, qui avait réalisé un triplé avec l'Allemagne contre la Finlande lors des qualifications pour la Coupe du Monde, mais blessé contre Bucarest, s'est fait cruellement sentir.

Tout le week-end du foot européen

Méditation et Podolski sur le banc

Le nouveau Bayern, sous la houlette de Jürgen Klinsmann, a du mal à tenir son rôle de favori, alors qu'il clame partout vouloir les titres en Ligue des champions et en première ligue. Celui qui avait mené l'équipe nationale jusqu'à la demi-finale de la Coupe du Monde 2006 est critiqué pour le chamboulement qu'il provoque dans le vieux club. Féru de yoga, de méditation et de méthodes inspirées des coachs de basket américain, sa stratégie reste peu claire pour les observateurs et les fans, privés des entraînements publics et de l'accès au club. Il laisse sur le banc un des meilleurs attaquants allemands, Lukas Podolski, brillant en équipe nationale, mais qui ronge son frein depuis deux saisons en Bavière. Enfin, l'absence prolongée de la vedette française Ribéry, conjuguée à celle de Klose, est un vrai trou dans l'attaque bavaroise.

Aller boire des pintes

Pourtant le Boulonnais est pressé de retourner sur le terrain, comme il le confiait la veille du match à Sport Bild: «L'envie de jouer est là chaque jour. C'est pourquoi c'est tellement difficile quand je suis blessé.» Mais une contracture à la cuisse l'a obligé à regarder ses collègues glisser de la seconde à la cinquième place du championnat. Une sévère baisse de régime qui pourrait servir à Lyon, le futur adversaire du Bayern en Ligue des champions. Les Bavarois n'ont en effet pas brillé face à Bucarest, s'imposant 1 à 0 après un match poussif. Le Bayern, sonné, a annoncé dimanche le retour de Klose et de Ribéry à l'entraînement, mais sans garantie de jouer. Et si ça ne marche pas, il leur restera à suivre les conseils du président Beckenbauer à Klinsmann après la défaite: «Va boire quelques pintes ce soir sur la fête, il n'y a que ça à faire.»

Ribéry cette semaine sur le terrain
Franck Ribéry pourrait faire son retour avec le Bayern mercredi soir face à Nüremberg en Coupe d'Allemagne. Le milieu de terrain de 25 ans, blessé à la cheville gauche en juin, a repris l'entraînement début septembre. Annoncé samedi face au Werder Brême, il avait déclaré forfait en raison d'une contracture à la cuisse droite.