Le chantier lillois avance bien

Antoine Maes - ©2008 20 minutes

— 

Le gros oeuvre est fini. Revenus de Sochaux avec un match nul dans les valises (1-1), les Lillois n'ont pas fait un bond extraordinaire au classement. Mais leur 15e place ne révèle pas exactement le potentiel du squad nordiste. Sa meilleure période, le Losc l'a connu après l'ouverture du score sochalien. « Cette faculté de réaction est encourageante. Si on est capable de reproduire ces séquences sur la durée, on gagnera d'autres matchs », estime Rudi Garcia. L'entraîneur des Dogues n'en a pas rajouté. Quand ses joueurs auront réglé une multitude de petits détails, cette équipe devrait tourner rond. « Dans le jeu, on doit montrer autre chose, jouer davantage », souligne Yohan Cabaye, qui préférerait que son équipe agisse plus qu'elle ne réagit. C'était déjà le cas face à Bordeaux, qui menait au score, puis qui a été emporté par le rush lillois (3-1), pour le seul succès lillois en championnat jusqu'à présent. La saison dernière, à pareille époque, le Losc avait plutôt l'habitude de se faire reprendre...

Fait important, l'effectif est encore très largement amputé par les blessures et les suspensions. Rudi Garcia n'a jamais pu réellement aligner l'équipe type qu'il a mûri depuis les arrivées de Tulio De Melo et Robert Vittek au Domaine de Luchin. Dans le Doubs, Ludovic Obraniak a déclaré forfait juste avant la rencontre (béquille), alors qu'il devait mener le jeu derrière le Brésilien. Et en défense, les Nordistes attendent avec impatience les retours de Adil Rami (suspension) et de Nicolas Plestan, qui retape à la porte du groupe après son absence de six mois.