Après la disette, la Viola a faim

Stéphane Marteau - ©2008 20 minutes

— 

Une confrontation inédite. Ce soir, l'OL se mesurera pour la première fois de son histoire à la Fiorentina. Si le club florentin ne possède pas le palmarès de la Juventus Turin, de l'AC Milan ou de l'Inter, il peut néanmoins se targuer d'avoir participé aux trois finales européennes, remportant la Coupe des coupes en 1961. Finaliste de la Ligue des champions en 1957, la Fiorentina, qui a vu passer des joueurs aussi prestigieux que Roberto Baggio, Luca Toni, Gabriel Batistuta, Socrates ou Dunga, a connu un parcours chaotique depuis sa dernière participation à la plus prestigieuse des compétitions continentales, il y a neuf ans.

Rétrogradé en C2 (4e division) en 2002 à la suite d'importants problèmes financiers, le club viola a rapidement retrouvé les sommets grâce à Diego Della Valle. En 2005, un an après le retour de la Fiorentina parmi l'élite, ce richissime homme d'affaire a confié la direction technique à Cesare Prandelli. Considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs italiens, cet ancien défenseur de la Juve aurait pu goûter à la C1 dès sa première saison, mais la Fiorentina a été pénalisée de 30 points suite à l'affaire des matchs truqués. Ce ne fut que partie remise. De retour cette année dans le gotha européen, la formation des Frey, Gilardino et autres Mutu aspire désormais à y rester.