«Je dis stop»... Roxana Maracineanu bloque la réforme face à la gronde des CTS

GOUVERNANCE La ministre des Sports veut tout reprendre à zéro et voir « comment chacun peut trouver sa place » dans le modèle français de demain

N.C.

— 

La ministre des Sports Roxana Maracineanu lors d'une visite a l'Ecole Polytechnique sur le thème de la recherche appliquée a la performance sportive, le 1er avril 2019.
La ministre des Sports Roxana Maracineanu lors d'une visite a l'Ecole Polytechnique sur le thème de la recherche appliquée a la performance sportive, le 1er avril 2019. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Devant la fronde des conseillers techniques sportifs (CTS), qui protestent depuis des semaines contre la réforme prévoyant leur détachement auprès des fédérations, la ministre des Sports Roxana Maracineanu annonce une pause. « Je dis stop et j’en ai assez que l’on me dise que je ne défends pas le modèle sportif français, assène la ministre dans L'Equipe de mercredi. J’affirme qu’aucun cadre technique ne sera détaché d’office (…). Ce n’est pas ma méthode. »

Elle n’entend donc pas avoir recours au fameux alinéa 11 de l’article 28 inscrit dans la loi de la fonction publique (adoptée en première lecture mardi), qui permet à l’Etat de confier la gestion de cadres d’Etat (comme les CTS) aux fédérations sportives. Ces derniers craignent, avec cette réforme, de ne plus avoir assez de moyens financiers et humains pour mener à bien leur mission (aider sur le haut niveau comme sur les pratiques de masse) et ainsi voir la compétitivité du sport français décliner gravement.

« Je veux reprendre la discussion par le bon bout »

Roxana Maracineanu veut lancer dans les prochaines semaines des discussions non seulement sur les CTS mais aussi sur l’évolution du modèle sportif en général, avec tous les acteurs : CTS, fédérations, athlètes et politiques.

« Je veux reprendre la discussion par le bon bout, dit-elle. Depuis le début, j’ai été sans cesse en réaction à des fuites ou de fausses informations. Cette réforme n’a pas été menée dans le bon sens. Je (la) pose telle que je l’envisage, c’est-à-dire en discutant des sujets et en regardant comment chacun peut trouver sa place. Je prendrai des décisions au vu de ce qui m’aura été proposé à l’issue de la concertation. »