«Il n'y aura pas de passage en force», Maracineanu veut rassurer les CTS et sortir de la crise

GOUVERNANCE La ministre des Sports a écrit aux athlètes pour détailler son plan au sujet des conseillers techniques sportifs

N.C.

— 

Roxana Maracineanu tente de sortir de la crise des CTS, qui ne veulent pas la réforme lancée par le ministère des Sports.
Roxana Maracineanu tente de sortir de la crise des CTS, qui ne veulent pas la réforme lancée par le ministère des Sports. — JP PARIENTE/SIPA/SIPA

Quand on n’arrive pas à se parler, on s’écrit. Dans la foulée de la publication de leur lettre ouverte au président Emmanuel Macron, lundi, les conseillers techniques sportifs (CTS), cadres d’Etat dont le gouvernement veut confier la gestion aux fédérations, ont à leur tour pris connaissance d’un courrier émanant de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Il ne leur est pas directement destiné, puisque la ministre s’adresse aux 500 sportifs inscrits sur les listes ministérielles qui les soutiennent, mais il concerne leur avenir.

Dans ce courrier de trois pages, dont L'Equipe a publié des extraits, Roxana Maracineanu tente – encore – de rassurer tout le monde. Après avoir rappelé « l’utilité », « la compétence » et le « rôle essentiel » des CTS, l’ancienne championne de natation détaille :

« Je vous l’affirme : il n’y aura pas de passage en force. Ce n’est pas ma méthode. Les CTS conserveront leur statut de fonctionnaire et tous les droits qui y sont attachés c’est-à-dire avancement, retraite… Naturellement, leur droit d’option sera respecté de telle sorte qu’ils aient la possibilité de retourner à leur administration d’origine quand ils le souhaitent. Leur rémunération ne sera pas supportée par les fédérations et encore moins par vous, les athlètes, puisque l’État compensera intégralement et de manière pérenne l’ensemble de ces charges. »

Roxana Maracineanu espère que « le lien de confiance entre les athlètes, l’encadrement et les fédérations » sera renforcé, et compte s’appuyer sur les directeurs techniques nationaux (DTN) pour cela. « Ils resteront les garants d’un environnement professionnel harmonieux. J’y serai particulièrement attentive au moment des échanges sur la mise en œuvre des étapes à venir », dit-elle.