Ligue des champions: Valverde «ne va pas s'excuser d'avoir Messi», mais il est bien content quand même

FOOTBALL Un Leo à 45 buts en 42 matchs cette saison, il aurait tort de se priver

N.C.

— 

Lionel Messi a inscrit un doublé lors de Barça-Manchester United en quart de finale retour de Ligue des champions, le 16 avril 2019.
Lionel Messi a inscrit un doublé lors de Barça-Manchester United en quart de finale retour de Ligue des champions, le 16 avril 2019. — Kieran McManus/BPI/REX/SIPA

On parle beaucoup de Lionel Messi ces jours-ci à Manchester. Du côté d’United, on va y revenir, mais aussi de City, où les ratés de Pep Guardiola en Ligue des champions commencent à lasser. L’argument favori des haters ? Le coach catalan, dont la dernière victoire en C1 remonte à 2011, n’y arrive plus depuis qu’il n’a plus l’Argentin pour lui sauver les fesses.

Ernesto Valverde, lui, est bien placé pour savoir que la vie n’est évidemment pas la même avec ou sans Leo. L’actuel coach du Barça a savouré mardi la démonstration de son joueur lors du quart de finale retour face à Manchester United (3-0). Double buteur, l’Argentin a ramené le FC Barcelone dans le dernier carré de la C1 pour la première fois depuis quatre ans. « On ne va pas s’excuser d’avoir Messi, c’est une chance qu’il soit avec nous », a-t-il souri après la rencontre.

Meilleur buteur de cette C1, l’Argentin a frappé 10 fois cette saison, et 110 fois sur l’ensemble de sa carrière. Et avec 45 buts en 42 matchs cette saison, il peut rêver d’un nouveau triplé Liga-Coupe-C1 vec son club (comme en 2009 et 2015) et d’un sixième Ballon d'Or qui lui ferait reprendre l’avantage face à Ronaldo.

« C’est un talent exceptionnel. Entre lui et Cristiano, ils ont été les meilleurs joueurs du monde sur la dernière décennie. Ce soir, Messi a montré pourquoi on pense cela et pourquoi il a gagné autant de titres. On peut se préparer à l’affronter mais quand on lui donne du temps et de l’espace, il crée des occasions et marque des buts », a réagi, impuissant, l’entraîneur de MU Ole Gunnar Solskjaer. Son gardien David De Gea va lui en faire des cauchemars pendant encore quelque temps.