Golden League: un nouveau record du monde sur 100m?

ATHLETISME Vendredi soir à Bruxelles, le duel Powell-Bolt pourrait faire des étincelles...

Romain Scotto

— 

Le Jamaïcain Asafa Powell (à gauche) vainqueur du 100m du meeting de Stockholm devant son compatriote Usain Bolt (à droite), le 22 juillet 2008.
Le Jamaïcain Asafa Powell (à gauche) vainqueur du 100m du meeting de Stockholm devant son compatriote Usain Bolt (à droite), le 22 juillet 2008. — B.Strong/REUTERS

Au stade du Roi Baudouin ou devant sa télévision, il serait irraisonnable de ne pas scruter le chronomètre, vendredi soir, à l’issue du dernier 100m de la Golden League. Sur la piste de Bruxelles, le duel entre Powell et Bolt sur la ligne droite est si attendu qu’il éclipse en partie la course au million de dollar que se disputent à distance Blanka Vlasic (hauteur) et Pamela Jelimo (800m).


Deux semaines après les Jeux, les deux sprinters les plus rapides de la planète se sont donnés rendez-vous une dernière fois cette saison. Et si la pluie ne s’en mêle pas, la revanche des Jamaïcains pourrait bien se courir dans un temps canon. Autour des 9’70? Tout porte à le croire. Les 9’69 d’Usain Bolt dans le Nid d’oiseau paraissent déjà menacés.

«Reprendre mon record du monde»

Lors de la finale olympique, il n’a jamais fait de doutes qu’Usain Bolt en avait gardé sous le pied. S’il n’avait pas coupé son effort à trente mètres de la ligne, le recordman du monde aurait pu grignoter encore quelques centièmes. Cette fois-ci, la concurrence d’Asafa Powell, revenu à son meilleur niveau, pourrait le pousser à forcer son talent sur les derniers mètres.

Les 9’72 de l’ancien détenteur du «WR», mardi à Lausanne, prouvent que Powell est un athlète de meetings, fâché avec les grands rendez-vous et qui atteint ses pics de forme en fin de saison. «Reprendre le record du monde, ce serait bien. Mais je veux avant tout gagner, lâche le fanfaron. J'adore cette piste, l'ambiance, le public. Psychologiquement, une victoire vendredi me boosterait pour la prochaine saison.»

De son côté, Bolt aura à cœur de réussir sa sortie, avant de rentrer en Jamaïque où l’attend un bain de foule mémorable. Le triple champion olympique, toujours aussi détaché, a pourtant affirmé que le record ne l’intéressait pas. Mais rien ne l’empêche de le battre.