OM: Le tribunal administratif annule après coup un huis clos (et met en cause la LFP)

FOOTBALL Les juges administratifs ont estimé que Sébastien Deneux, président de la commission de discipline de la LFP, n'a pas été impartial

J.S.-M.

— 

La zone des Fanatics avait été fermée pour OM-Metz (archives).
La zone des Fanatics avait été fermée pour OM-Metz (archives). — A.-C. Poujoulat / AFP

Un sacré revers pour la LFP. L’Association nationale des supporters (ANS) annonce dans un communiqué que le tribunal administratif de Paris a annulé ce mardi la décision de fermer plusieurs secteurs du Vélodrome le 2 février 2018, pour le match OM-Metz, remporté par Marseille. Les juges ont considéré que Sébastien Deneux, président de la commission de discipline de la LFP, n’était pas impartial.

Ils lui reprochent une interview accordée à L'Equipe, un peu plus tôt l’an dernier. « Cela devient n’importe quoi » au Parc des Princes, au Vélodrome, à Geoffroy-Guichard et au Matmut Atlantique, avait-il lâché, annonçant sa volonté de « reprendre la main. » Il avait mis sa menace à exécution en sanctionnant (à la dernière minute) les Fanatics, les Yankee et le Commando Ultra 81 pour la réception de Metz.

Dans son communiqué, l’ANS salue la décision du tribunal administratif et assure que la Commission de discipline de la LFP n’est compétente que pour sanctionner les clubs, pas les supporters : « Par conséquent, toute mesure de huis clos présentée comme une sanction des supporters sera nécessairement toujours illégale », estime l’association, proche du mouvement ultra. Elle réclame un moratoire à la LFP.

La Vieille Garde du Commando Ultra 84 salue une « importante victoire judiciaire » et martèle son slogan : « Liberté pour les ultras. »