Pourquoi Argentine-Brésil n'est pas un match comme les autres

JO2008 Le foot, ça continue, même aux JO...

Pierre Koetschet

— 

Toujours en première période, l'Argentin Messi se procurait lui aussi une bonne occasion d'ouvrir le score: entré dans la surface après un raid solitaire, son tir croisé était contré par un défenseur brésilien.
Toujours en première période, l'Argentin Messi se procurait lui aussi une bonne occasion d'ouvrir le score: entré dans la surface après un raid solitaire, son tir croisé était contré par un défenseur brésilien. — Antonio Scorza AFP
Envoyé spécial à Pékin

Quoi, du foot? Aux JO! Comme s’il n’y en avait pas assez toute l’année! Oui, du foot aux JO. Et du bon. Même si les Jeux sont surtout le grand rendez-vous des stars de la natation ou de l’athlé, les footballeurs ne sont pas en reste, et l’alléchant Argentine-Brésil programmé en demi-finale du tournoi, mardi à 15h (21h à Pékin) promet beaucoup. Les clés du match.

 
Duel de stars

Il est loin le temps où l’équipe de France remportait les JO de Los Angeles avec une équipe de gamins. Le tournoi des Jeux est toujours réservé aux moins de 23 ans, mais chaque équipe peut aussi sélectionner trois joueurs plus âgés. L’occasion de relancer des vedettes en perte de vitesse, comme Ronaldinho, 28 ans, chargé avec plus ou moins de bonheur d’animer l’attaque de la Seleçao à Pékin. L’Argentine peut, elle, compter sur Leo Messi (qui remplit les conditions d’âge), éblouissant depuis le début de la compétition.

 
Problèmes d’attaque

Annoncés comme les deux grands favoris de la compétition, le Brésil et l’Argentine ont tous les deux connu de sérieux problèmes à l’avant. Lors du quart de finale, le sélectionneur auriverde a même laissé sur le banc le grand espoir Pato, au profit de Sobis. «J’attends plus de Pato», a taclé Dunga, aussi rugueux comme sélectionneur que comme joueur. Côté Albiceleste, c’est le rendement de Kün Agüero qui fait débat. Mais le petit attaquant a un soutien de poids: le père de sa petite amie n’est autre que Diego Maradona. Voilà qui peut être utile. «Il m'a dit comment jouer le quart de finale (contre les Pays-Bas), par exemple de ne pas jouer long», a raconté le jeune attaquant de l’Atletico Madrid.

 
L’heure de la revanche?

Tenants du titre, sur une série de dix matchs gagnés d’affilée aux Jeux, les Argentins sont pourtant sérieusement traumatisés par les deux dernières Copa America, qu’ils ont dominé de la tête et des épaules, jusqu’à ce qu’ils se fassent immanquablement cueillir par le Brésil en finale. Un mauvais souvenir.

 

Et si vous cherchez d’autres raisons de vous affaler devant cet alléchant Argentine-Brésil (avec un savoureux Belgique-Nigeria en apéritif trois heures plus tôt), allez donc faire un petit tour sur le blog du camarade Tertulia, à la rencontre du mythique Joharno.