De l'or, de l'argent, du bronze et des regrets

JO2008 Ce qu'il faut retenir du vendredi français...

— 
Jérôme Jeannet,  Fabrice Jeannet et Ulrich Robeiri sur la plus haute marche de l'épée par équipe avec le quatrième homme: le remplaçant Jean-Michel Lucenay, privé de médaille, le vendredi 15 août à Pékin.
Jérôme Jeannet, Fabrice Jeannet et Ulrich Robeiri sur la plus haute marche de l'épée par équipe avec le quatrième homme: le remplaçant Jean-Michel Lucenay, privé de médaille, le vendredi 15 août à Pékin. — J.Rinaldi / REUTEURS

Entre Teddy Riner «simple» médaillé de bronze et des épéistes en or comme en 2004, les larmes ne se trouvent pas là où on peut le croire. De Teddy Riner, le judo français attendait beaucoup. Trop peut-être. Pas encore senior et déjà favori, le colosse de 19 ans est parvenu à retrouver son judo en repêchage pour toucher le bronze avec la manière. La défaite en quart de finale après une pénalité (pour non combativité) habilement provoquée par l’Ouzbek Tangriev, est presque oubliée ( voir notre interview). Avec quatre médailles mais aucune en or, le bilan français reste mitigé.

A lire, notre article sur le bilan mitigé du judo français

Jean-Michel Lucenay risque d’avoir du mal à oublier l’intransigeance de l’arbitre de la finale de l’épée par équipe contre la Pologne. Alors que les Français emmenés par les frères Jeannet récitent leur leçon d’escrime, Jérôme Jeannet touché à la main demande à être remplacé par son ami Jean-Michel Lucenay pour les deux dernières touches de son assaut. L’arbitre et le médecin refusent le changement. Conséquence, Lucenay n’aura pas droit à sa médaille pour le plus grand malheur de ses partenaires. A seulement 28 ans, Fabrice Jeannet peut prendre une retraite précoce l’esprit tranquille, il tient pour beaucoup dans la troisième médaille d’or française de ces Jeux et la dix-huitième toutes couleurs confondues.

A lire, notre article sur la médaille d'or des épéistes


Pour compléter la journée et la collection de métaux, les pistards tricolores ont pris l’argent lors de la vitesse par équipe. Grégory Baugé, Kevin Sireau et Arnaud Tournant n’ont rien pu faire contre la puissance britannique en finale, qui touchent les Français au moral avant l’épreuve de vitesse individuel de samedi.

Manaudou veut faire un break


Arnaud Clément et Michael Llodra peuvent eux avoir des regrets proportionnels à la longueur de leur demi-finale. Au terme d’un double qui ne semble jamais vouloir s’achever, les tennismen Français baissent pavillon à 21-19 contre la paire suédoise Simon Aspelin/Thomas Johansson après une bataille de près de cinq heures. Les jambes risquent d’être lourdes contre les jumeaux américains Bryan pour le match pour le bronze, samedi...

Les jambes d’Alain Bernard vont bien. Impérial, le nageur marseillais se qualifie avec le deuxième temps pour la finale du 50m. Septième, Amaury Levaux se trouve en embuscade. La natation française s’accorde décidément au masculin. Car, de son côté, Laure Manaudou a terminé ses Jeux comme elle les a commencés. Mal. Jamais dans le rythme lors de sa demi-finale du 200m dos, la nageuse semble soulagée d’en finir avec cet intermède pékinois. A la sortie de l’eau, plus que la défaite, Manaudou a surtout évoqué son envie de s’éloigner quelques mois des bassins.

A lire, notre article sur la course de Bernard et Levaux